Si tu m’aimes, prouve-le en faisant le boulot de Pôle Emploi

Étiquettes

, , , ,

pole-emploi-tome-2

Tu es mon ami, mon pote, une relation ? Pôle Emploi demande que tu fasses SON job. Oui, tu as bien lu. Et si tu ne le fais pas, tu n’es pas mon ami. Tu ne tiens pas à moi. Tu t’en fous de ma gueule. Ou comment Pôle Emploi est devenu un terroriste relationnel sous couvert de la « démarche réseau ».

Reprenons depuis le début. A 42 ans, je suis une assistante de direction expérimentée, pleine de ressources, capable de réaliser un incroyable panel de tâches, une véritable collaboratrice de dirigeant digne d’une totale confiance, d’une parfaite loyauté, et à qui l’on peut confier des responsabilités bien au-delà du simple secrétariat (gestion des finances, relations clients et fournisseurs, production de notes, communication, etc…).

A priori, mes compétences font rêver. ERREUR. Mes compétences font peur car pour les recruteurs (non pas les patrons, mais les gens qu’ils mandatent pour recruter), l’expérience se traduit par « coûte cher » au lieu de se voir comme une opportunité. Ces mêmes recruteurs qui rédigent leurs annonces pour un mouton à 5 pattes dans mon genre, mais qui proposent de le payer au SMIC tout en exigeant « de l’expérience » dont le nombre d’années peut aller jusqu’à 10 ans (ce qui signifie qu’ils en veulent 15 à 20). SERIOUSLY.

Mais ils ne me veulent surtout pas moi : je suis le haut du panier, ça se voit sur mon CV (car si on cherche des compétences, il est bien fait) MAIS comme je suis le haut du panier, j’ai fatalement les prétentions salariales dues à mon rang, car ils ont conscience que j’ai trimé pour en arriver là et que c’est mérité. DING, candidature écartée. Et ce avant même qu’éventuellement on puisse négocier lesdites prétentions. Penses-tu, je sais dire « lesdites », on ne peut pas me payer 800 € par mois pour faire un temps partiel de 24h masquant un poste à 39h… Eh oui : qui dit « expérience » dit surtout « connaît ses droits » et « risque de nous foutre aux Prud’hommes si Maurice pousse le bouchon un peu loin ».

Ou comment comprendre le pourquoi de cette putain de #LoiTravail : oui, elle est nécessaire aux entreprises, parce que pour le moment, elles ne peuvent pas recruter des gens expérimentés, ces salauds qui revendiquent leurs droits. Les autres aussi revendiquent leurs droits, mais eux, les entreprises n’ont de toute façon pas le souhait de les embaucher. Sinon on aurait résolu le chômage des jeunes. C’est un peu (bon ok, très) caricatural, mais vous avez saisi l’idée : il y a tellement peu d’offre et tant de demande que les entreprises exigent le beurre, l’argent du beurre, le lait de la crémière mais évidemment pas le cholestérol. Fatalement, à un moment, ça coince.

Que peut faire Pôle Emploi face à cela ? Rien. Pôle Emploi s’est donc lancé dans une stratégie de fuite et d’hypocrisie face aux demandeurs d’emploi. Première idée, sous-traiter le suivi des chômeurs, en se débarrassant d’abord des plus chiants qui pourraient pointer l’hypocrisie de la structure. Je fais partie des heureux élus et je suis donc suivie par un « consultant ». Le mec est donc censé me conseiller sur mes démarches, afin que ma stratégie de recherche colle le plus possible au marché. En théorie, son cabinet est donc censé être compétent sur le sujet.

C’est là que ça se corse. Lors de mon RV de ce matin, il m’a en effet conseillé de… me recentrer sur mes démarches réseau, dans l’objectif d’obtenir, accrochez-vous bien, un rendez-vous avec un Consultant au sein d’un cabinet de recrutement, qui pourrait me conseiller sur mon CV, ma lettre, ma stratégie de recherche d’emploi. Vous ne rêvez pas : il me demande de rechercher dans mon réseau quelqu’un qui pourrait faire son boulot. SERIOUSLY ???

Donc pour démontrer toute ma bonne volonté à être pro-active dans ma recherche d’emploi, il faut que je supplie mes amis, ma famille, et la moindre de mes connaissances pour qu’elle me lâche le nom d’une personne qui connaît une personne qui est le cousin du type qui est consultant en recrutement dans un cabinet recrutant sur mon secteur. Sachant que je n’ai pas un réseau aussi énorme que l’idée que les gens s’en font (dans l’esprit des gens, j’ai milité en politique donc j’ai un réseau démentiel de gens prêts à se damner pour moi, lolilol, bienvenue dans le monde des clichés).

Voilà, toi qui me connais, maintenant tu sais la vérité : si tu ne m’appelles pas pour me dire que tu vas me présenter quelqu’un qui va me présenter quelqu’un, tu ne m’aimes pas. On en est à me demander de faire du chantage affectif. Car comme l’a dit Conseiller : « Y’a bien des gens autour de vous prêts à quelque chose pour vous ». Oui, prêts à faire ce qu’ils peuvent. Et pour avoir énormément sollicité mon réseau lors de ma précédente recherche d’emploi, je peux dire que tous ceux qui pouvaient faire quelque chose et qui avaient de l’intérêt pour moi l’ont fait. Sans succès jusqu’à celui qui m’a finalement embauché dans sa propre structure. C’est excessivement rare.

Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas en parler avec l’entourage, c’est juste que ça ne peut pas constituer une stratégie fiable. Ça ne peut être qu’un plus de ma recherche d’emploi et non la stratégie centrale. D’ailleurs, comment oser dire que sur les postes d’assistante, je ne peux trouver que sur le marché caché ? Il y a des offres tous les jours. Offres auxquelles je réponds et pour lesquelles je n’ai aucun retour, pour les raisons exposées ci-dessus.

A mon sens, la stratégie centrale doit être d’obtenir des réponses sur ces offres qui existent. Et il y a quelque chose à tenter : il faut faire un fake CV, qui réponde aux attentes actuelles des recruteurs. C’est-à-dire un CV qui masque mes compétences, en montre bien moins sur moi, et me positionne comme ayant un peu d’expérience mais pas trop, un peu de compétences mais pas trop. De quoi laisser penser que le risque prudhommal est limité et permettant de négocier un salaire bien en dessous de ma valeur réelle. C’est triste, mais c’est une stratégie qui a plus de chances de fonctionner que d’attendre que mon réseau me trouve un hypothétique rendez-vous autour duquel on me donnera le constat que j’ai déjà effectué… Pardon d’avoir un cerveau et promis, c’est la dernière fois que je l’utilise.

Cerise sur le gâteau, je vous offre en exclusivité mondiale la réaction de Conseiller : « Rabaisser votre CV fera que vous trouverez un job qui ne correspond pas à vos capacités et ce sera très frustrant, ça me semble une très mauvaise idée ». Bienvenue dans le monde des Bisounours… Comme si aujourd’hui, les caissiers de Mc Do s’épanouissaient à mort à servir des gens toujours trop pressés alors qu’ils ont un Bac+8…  Comment peut-on conseiller des chercheurs d’emploi avec un discours aussi décalé par rapport à la réalité ? Quand j’ai répondu que je voulais juste un boulot, il m’a regardé d’un air ahuri. WOKAY.

Vous comprendrez bien qu’en ces temps de crise et consciente de l’extrême concurrence sur le marché de l’emploi, je ne puisse me limiter à rechercher le job de mes rêves ni même à chercher un quelconque épanouissement personnel dans le travail : ce temps est hélas révolu, ma génération s’est retrouvée complètement cocufiée par ce discours. Aujourd’hui, ma réalité est bien plus triviale : j’ai des factures à payer.

Naturellement, si à l’issue de la lecture de cet article, un lecteur connait quelqu’un qui connait quelqu’un qui connaît quelqu’un, ou se trouve être la perle rare qui voit sa future assistante comme étant une collaboratrice riche en compétences et dotée de véritables qualités humaines, il peut me contacter à zefml.news@gmail.com et je me ferai un plaisir d’y accorder la plus grande des attentions, à la hauteur de ma motivation à retrouver rapidement un poste pérenne. Bouteille à la mer lancée. Vous pouvez maintenant reprendre une vie normale.