Mots-clés

, , , ,

Quand Ségo prend la (grosse) tête des médias …

Marianne nous apprend que France 2 n’en peut plus de Ségolène. Après avoir annulé le JT de TF1 au lendemain de son investiture, puis le 19/20 de France 3 la semaine dernière, Ségolène impose ses conditions de passage à l’antenne.

Elle ne veut pas converser avec les journalistes, mais avec des « vrais gens », et refuse de rester plus d’une heure à l’antenne. France Télévisions s’arrache donc les cheveux pour correspondre aux règles d’équité imposée par le CSA…

Un peu de Segostop pour son président, Patrick de Carolis ?

T’es pas ma copine.

La vidéo de la semaine qui explose les records de diffusion virale sur le Net, c’est bien entendu celle de Ségo refusant de saluer Françoise de Panafieu, croisée dans un hôtel de Jérusalem : « Je suis désolée, mais après vos propos madame, je ne vous salue pas ! ».

La candidate socialiste, incapable d’accepter la critique, qualité pourtant nécessaire à une prétendante à la plus haute fonction de l’Etat, a ainsi refusé de saluer un élu de la République… alors même qu’elle ne refuse pas l’échange avec le Hezbollah.

Pas de chance, la scène a été immortalisée par les caméras de France 2…

C’est celui qui le dit qui l’est.

« Tous ceux qui pensent le contraire font preuve de naïveté et moi je ne suis pas naïve », a lancé la candidate socialiste Ségolène Royal aux détracteurs de sa proposition d’interdire à l’Iran d’accéder au nucléaire civil.

Ségolène Royal explore ainsi une nouvelle tactique, apparemment inspiré des jeux d’enfants dans la cour de la maternelle : retourner les propos de ses détracteurs contre eux, mais sans explications.

Quel sens de l’argumentation !