Mots-clés

, , , , , , ,

Le Monde de ce soir fait état des inquiétudes de l’UMP, que le parti tente malgré lui de feindre, et rappelle la dure semaine de Petit Sarko.

Tout a commencé samedi dernier, avec la sortie du numéro spécial de Marianne, consacré au Vrai Nicolas Sarkozy. Le premier tirage de 300 000 exemplaires s’est écoulé en un temps record, et le journal a réédité 60 000 numéros. Mis en place mardi, ils se sont arrachés : nouvelle rupture de stock. Et l’engouement ne faiblit pas : l’intérêt des lecteurs est tel que Marianne a du retirer 80 000 exemplaires supplémentaires, qui seront en kiosque ce vendredi.

Dimanche, ce sont les abords du marathon de Paris qui ont été repeints en lettres blanches du message « Sarkozy = danger »… ce qui n’est pas sans rappeler les moustaches et mèches apparues sur les affiches de Sarko un peu partout en France.

Malheureusement plus le temps passe, moins la presse joue le jeu. Prenons Libération. Le journal de gauche faisait mercredi sa Une sur L’inquiétant Monsieur Sarko. Mais jeudi, un édito a modifié la donne, fustigeant la « diabolisation » de Petit Sarko. Alors, Libé pense quoi ? La question serait plutôt : les journalistes de Libé ont-ils seulement le droit de penser ?

L’UMP, de son côté, victimise de manière éhontée, en dénonçant par la voix de Lionnel Luca, député des Alpes Maritimes, « un lynchage médiatique qui rappelle les campagnes d’extrême droite d’avant-guerre ». Son porte Parole, Xavier Bertrand, estime que ces« agressions » sont la preuve « que nos adversaires n’ont rien à proposer en terme de projet ». Ah bon ? En quoi ?

Nicolas Sarkozy lui même en rajoute une couche : « Epuisés par le premier tour, voilà que mes adversaires n’ont rien d’autre à dire que m’attaquer. Des idées sur le chômage, ils n’en ont pas, sur l’immigration, ils n’en ont plus, sur l’Europe, ils les ont oubliées. Leur seule idée ? Faire barrage à Nicolas Sarkozy tellement ils sont persuadés que je serai au second tour. »

Pourtant, j’étais au meeting de François Bayrou hier, et j’ai entendu 1h30 de discours programmatique. Etant donné que durant ces 90 minutes il n’a pas été question de lui, Petit Sarko a du zapper. Démagogie quand tu nous tiens…

Point de lynchage médiatique à l’horizon : si Marianne, Charlie Hebdo, et Libé ce premier article ont dénoncé le côté inquiétant de Nicolas Sarkozy, l’ensemble des autres médias affichent une complaisance et même une connivence vis à vis de Nicolas Sarkozy.

Dernier exemple en date, l’édito du Monde de ce soir, signé Jean-Marie Colombani, soutient Ségolène Royal. Intitulé Impératif démocratique, ce texte appelle carrément à un second tour Sarko-Ségo : « Il faut donc, au soir du premier tour, que soient réunies les conditions d’une claire et grande confrontation entre deux projets de société.

De ce point de vue, il y a dans l’offre politique disponible deux options : celle de Nicolas Sarkozy, se réclamant de la droite et de la majorité sortante, semble déjà sûre d’elle-même ; il faut donc souhaiter que la seconde, se réclamant de la gauche et qu’incarne Ségolène Royal, soit présente au second tour pour assurer les chances d’un vrai choix.

Il sera temps, entre les deux tours, de comparer l’une à l’autre au regard des enjeux de la société française et de la place du pays dans le monde, afin de lever, si possible, les ambiguïtés et les déceptions nées de la campagne pour le premier tour. »

En d’autres termes, si vous soutenez un autre candidat, allez vous faire…

Ze FML vous invite au contraire à aller exprimer démocratiquement votre choix dans les urnes, ce dimanche 22 avril : c’est là l’esprit de l’élection présidentielle !