Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Ségolène Royal déclare ce matin sur France 2 que Nicolas Sarkozy « cherche surtout à capter les voix du Front national«  en proposant d’introduire « un peu de proportionnelle au Sénat ou à l’Assemblée nationale ». Oh le vilain Sarkozy qui serait un gros facho, voilà le sous-entendu.

Et l’extrême gauche alors ? Arlette Laguiller, José Bové, Olivier Besancenot n’ont-ils pas appelé à voter pour Ségolène Royal ? Pire, François Hollande n’avait-il pas déclaré sur France 2 le 8 juin 2006, « qu’il n’hésiterait pas à voter pour Olivier Besancenot si celui-ci se retrouvait au 2e tour face à la droite » ?

L’extrême gauche n’est pas plus fréquentable que l’extrême droite. Pour mémoire, rappelons ce qu’est la LCR, la ligue communiste et révolutionnaire, dont le leader est Olivier Besancenot.

Communiste et Révolutionnaire, deux mots qui ont de quoi faire peur, après un siècle de démonstration incontestable des crimes qu’ils ont provoqué. Car la LCR ne renie rien, si ce n’est Staline, de son héritage révolutionnaire et marxiste.

Son père spirituel, Trotsky, lui a inspiré des statuts forts sympathiques, qui rappellent leur objectif : « instaurer le pouvoir des travailleurs par la révolution socialiste et abolir le capitalisme« . Soit un retour au monde merveilleux de l’URSS…

Rappelons que si Hollande a joué la solidarité avec Besancenot, Sarkozy n’a jamais fait de même avec Le Pen. Aussi au jeu du plus extrême, le vainqueur n’est pas forcément celui qu’on croit…