Mots-clefs

, , ,

08h00. Je quitte la maison. Dehors , tout est calme. A cette heure, la rue Réaumur est traditionnellement déjà bouchée. Pour le moment… pas grand monde. Rollers aux pieds, je fais 50 mètres… avant de me raviser. Je suis certes excellente en quad mais vraiment nulle en rollers en ligne, et je n’ai pas prévu de me casser la jambe ce matin.

Direction la station Vélib la plus proche. Surprise : il reste des vélos. Enfin il reste UN vélo. Avec la selle de travers, et mes petits doigts n’arrivent pas à desserrer la manette, ça fera donc l’affaire. Je ne tergiverse pas et prends rapidement l’engin, sous les yeux de mon voisin, arrivé quelques minutes trop tard… Je lui souhaite bon courage, et c’est parti pour la grande aventure !

Première embuche 100 mètres plus loin. Comme il n’y a personne dans les rues, les camions se croient tout permis. Là, ils sont deux à boucher la route : impossible de passer… je choisis donc de rouler sur le trottoir. Première infraction !

Rue de Turbigo, rue Etienne Marcel, rue du Louvre… Pas un bus pour me coller à la roue. Ce périple devient vraiment sympa. Toute joyeuse, je m’enfile dans la cour du Louvre, et je traverse le musée, désert à cette heure. Paris est vraiment une belle ville !

Le passage du pont et l’arrivée sur la rive gauche me ramène à la dure réalité vélibienne : pas si simple de gérer les changements de voies ! Ceci dit, j’arrive détendue à Sèvres Bab : je gare mon Vélib, et je file au café rejoindre mon chauffeur pour l’étape 2 : le covoiturage.

Après un bon café et les quelques clopes qui vont avec, nous nous armons de courage pour affronter la circulation. Bonne nouvelle, c’est relativement fluide, seule la traversée de Paris est légèrement encombrée.

10h30. J’arrive enfin devant mon bureau. 2h30 de transport au lieu d’une heure, c’est toujours très agréable.

18h45. Voyage retour dans une circulation fluide jusqu’au Louvre. Par contre, la rue Réaumur est complètement bouchée.

20h15. Je suis enfin chez moi. Au total, j’aurai donc fait 4h de transport aujourd’hui. Merci qui ?