Étiquettes

, , , ,

J’avais une piste intéressante. Pour un poste qui me correspond pile poil. Gérer les interventions d’un élu en matière de logement social, c’est mon dada. J’étais donc capable d’être opérationnelle immédiatement. Et donc de faire gagner du temps -donc de l’argent- à l’institution.

Petit problème : le salaire explosait le budget confié au cabinet de recrutement. Consultante m’avait promis une réponse rapide, ce fut donc ce matin. Et là, le drame ! Mon salaire était trop élevé. J’ai tout de même appris qu’ils n’étaient pas d’accord entre eux.

Le DRH, en bon stalinien, proposait pour mon poste un grade de catégorie C, soit le plus bas qui existe dans la fonction publique, et qui concerne des tâches d’exécution -ce qu’ils ne voulaient plus pour un salaire de 1500 euros net/mois. Déjà, un C à ce tarif indique qu’il existe un bon régime indemnitaire, mais passons.

Je dis « stalinien » parce qu’il m’a été dit qu’ils voulaient le même salaire pour tous les « assistants ». Déjà, je ne suis pas « assistante », mais « chargée de mission », et on m’a vendu un rôle d’adjoint du responsable. Donc, pas de simple exécutante, puisque justement, c’est ce qu’ils reprochaient à la précédente occupante du poste.

D’autre part, nous n’avons pas tous les mêmes CV. Aussi, cette culture de l’égalité salariale est un peu débile… Car dans ce cas, c’est le haut du panier qui est lésé. Pas parce qu’on est plus diplômé, mais parce qu’ à moi, on me demandait de faire le boulot correspondant à mon CV, et pas du tout celui des autres. Faudrait savoir…

Le plus drôle, c’est qu’il s’agissait d’une ville de droite. Heureusement qu’on me l’a dit, parce que là je me serais cru chez les cocos du 9-3 ! En entendant cela, j’ai tout de suite indiqué à Consultante que c’était tellement insultant que c’était EUX qui ne m’intéressaient pas.

Consultante m’a alors annoncé que Dircab trouvait mon CV vraiment intéressant, et qu’elle pensait plutôt à un poste de B ou B+… à 1800 euros net/mois. Donc bien en dessous de mon dernier salaire. Et en dessous également du salaire qui m’a été proposé par une autre ville (pauvre, celle-ci) il y a 4 ans, alors que j’occupais ce poste pour la première fois et que je n’avais aucune expérience en la matière.

Consultante n’a pas été étonnée, elle appelait pour me faire un retour, en sachant bien que ça n’allait pas le faire. Parce que mon poste est un poste de A, parce qu’il contient des tâches d’un certain niveau, et avec le salaire qui y correspond : on ne le passe en B que si l’on a dépassé le nombre de A que l’on peut avoir, et dans ce cas, on complète le salaire avec le régime indemnitaire. C’est comme cela que ça se passe partout : c’est un jeu, il y a des règles, et crise ou pas, on ne déclassifie pas les gens comme ça. Ou alors, on déclassifie aussi leurs tâches. Mais vouloir mon CV pour un prix dérisoire, faut pas se foutre du monde !

Parce que je vaux un certain prix. J’ai de l’expérience, je suis immédiatement opérationnelle, et si mon CV lui plait, elle peut très bien se l’offrir. D’autant que sa ville est riche, alors que la ville qui me payait le prix que je demande aujourd’hui était pauvre. I am what I am, and if you want me, you pay me the right price !!!

La vraie question, pour cette ville, c’est de savoir si elle veut des collaborateurs de qualité -et en premier lieu des collaborateurs tout court, vu que ça fait 6 mois qu’elle ne trouve personne… tiens, pourquoi ???- ou si elle veut des gens qui prennent ce poste « en attendant », qui font leur job sans motivation, juste pour bouffer, et qui se barrent dès qu’ils ont trouvé un patron qui ne les exploite pas.

Pour ma part, j’ai décidé de ne pas donner suite à cette « offre » qui ferait bien rire @jobdecrevard, parce que lorsque l’on entre dans un job avec l’espoir de le quitter, on perd vite le moral, et on se fatigue énormément entre le nouveau job et la recherche d’emploi. Aussi, j’ai choisi de rester fraîche et dispo, et de consacrer 100% de mon temps à la recherche d’un job où l’on ne tentera pas de m’acheter en soldes !

Advertisements