Mots-clefs

, , , , , , , ,

J’avais prévu de vous parler de l’APEC, où j’avais enfin réussi à me faire muter. C’était prévu pour aujourd’hui, puisque j’avais rendez-vous ce matin. Mais voilà, depuis le début de la semaine, les choses se sont accélérées.

Après avoir rencontré Député-Maire, et refusé un job dans une mairie qui voulait me sous-payer -et pourquoi pas me proposer un stage tant que tu y es ???- j’ai reçu un appel de Collaboratrice. De X, un homme politique très connu. Elle était avec Député, et celui-ci se proposait de me recruter. Rendez-vous fut pris pour mercredi.

Après m’être légèrement paumée dans l’Assemblée nationale -en travaux- j’ai fini par trouver le bureau de Député. Qui était prêt à m’embaucher, pour une durée de 6 mois, en raison d’un surcroît d’activité. Tellement prêt qu’il avait même préparé tous les papiers. Je vous rassure, il avait tout de même lu mon CV, et j’ai une petite réputation…

Ne croyez pas que les recrutements se font en claquant des doigts : les recommandations, c’est juste la cerise sur le gâteau. Mais pour les avoir, faut bosser un peu quand même. Nan, nan, nan, pas seulement être fils à papa. Ca peut marcher pour se faire embaucher en junior ou en stage, mais ça ne suffit carrément pas pour durer. Enfin sauf si tu t’appelles Jean. Là, éventuellement, tu peux hériter du département paternel…

Bref, voilà. Au bout de 23 jours, mon histoire avec le Pôle Emploi est terminée. Enfin pas tout à fait. Je commence le 1er octobre, donc j’ai encore une télédéclaration de situation à faire, dans laquelle je vais mentionner que je cherche toujours, et une autre, fin octobre, dans laquelle je déclarerai avoir repris un emploi… le 1er octobre.