Mots-clés

, , , , , ,

Clearstream, un dossier aux relents de blockbuster américain. Après une procédure fleuve de 5 ans, qui s’est soldée par un renvoi de l’ancien Premier Ministre Dominique de Villepin devant la cour, nous avons eu droit à un méga climax -un jugement horriblement long- puis un happy end de taille : la relaxe du personnage principal, hérault de la république.

Vous connaissez Hollywood… Quand un film est un succès, il faut une suite. Peu importe le fond, il fallait un épisode 2. Du coup méga cliffhanger : Marin a interjeté appel, prêt à réendosser la robe de proc’ pour l’épisode 2 de la saga juridico-politique de la décennie. Obligeant ainsi Dominique de Villepin, blanchi en première instance, à rejoindre le casting de ce sequel fort attendu.

Sur le plan strictement juridique, le procureur pouvait faire appel. Celui qui ne pouvait pas, c’était Sarko. Qui manifestement avait oublié de réviser le droit pour les nuls, puisqu’il avait sorti un communiqué indiquant qu’il serait absent d’un éventuel appel. Au lieu de tâcler cette erreur, le petit milieu politique avait préféré comprendre qu’il serait VRAIMENT absent de l’appel, en ne demandant pas à son bras armé de faire appel pour lui.

Las ! La tentation était trop forte. Il a fallu que Marin se drape dans une réponse obligatoire selon laquelle, le jugement n’ayant pas répondu à ses réquisitions, il aurait été en devoir de faire appel. Mieux encore, il lui aurait semblé impensable que de Villepin soit absent du second procès.

L’argument de la Sarkozie, c’est que les lampistes ont payé, et pas le ou les commanditaires. Hum… ils attendent donc de Gergorin et Lahoud qu’ils chargent l’ancien Premier Ministre. Juste une remarque, comme ça : pourquoi auraient-ils protégé de Villepin en première instance, au risque de prendre très cher ?

A mon avis, vu que supporter toute cette pression doit être terrible pour eux, je ne les vois pas vraiment faire partant d’un complot visant à jouer les prolongations… Quel intérêt pour eux à mentir pour protéger Villepin ? Là, vraiment aucun. En revanche, on voit bien l’intérêt, maintenant, pour eux, de changer de version : prendre moins cher. Ce qui jettera forcément le doute s’ils tentaient de remettre leurs malheurs sur le dos de Villepin.

Si l’on ne peut que spéculer sur le scénario de ce tome 2, on sait déjà qu’il sera suivi d’un spin-off déjà très attendu : la présidentielle de 2012, l’avenir des pressentis pour entrer (ou rester) au Château dépendant de la série Clearstream.

Sortie en salle d’audience non fixée, probablement en fin d’année 2010, pour un jugement courant 2011, à moins d’un an de la présidentielle. Nul doute que ce sera un véritable succès d’audience. D’ici là… Faîtes vos jeux !