Étiquettes

, , , , , , , ,

Crédit Photo : © RichardTrois

J’ai lu hier le communiqué de presse de Marie-Anne Montchamp, dans lequel elle annonçait rejoindre le gouvernement avec « conviction et émotion ». Emotion, je peux le concevoir. Mais conviction ?

Marie-Anne Montchamp, en plus d’être inélégante et incorrecte vis à vis de la famille politique dans laquelle elle s’était engagée en assumant la responsabilité de Porte Parole de République Solidaire (poste qui demande un engagement important qui va au delà d’attribuer des titres et cartes de visite logo entête à ses collaborateurs, dont certains ont d’ailleurs un parcours douteux), cette famille à laquelle elle a persisté à annoncer qu’elle n’entrerait pas au gouvernement (pourquoi le nier ?), Marie-Anne Montchamp s’est montrée, en acceptant ce strapontin, parfaitement ridicule.

Quitte à entrer au gouvernement et se vendre pour un poste, n’aurait elle pas pu négocier un véritable portefeuille ? Parce qu’être nommée Secrétaire d’Etat pour la seconde fois de sa carrière, cela n’est pas franchement une évolution. Et si, dans le gouvernement Raffarin, sous Jacques Chirac, Marie-Anne Montchamp avait pu vraiment travailler sur le handicap, et faire voter avec l’appui soutenu du Président la fameuse loi de 2005, cette fois ci, au risque de vous surprendre, Marie-Anne Montchamp est la seule membre du gouvernement à ne pas avoir d’affectation. Comme indiqué dans le communiqué de presse officiel de l’Elysée, elle est Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale. Sans autre précision. Un simple coup d’oeil à la composition du Gouvernement permet de constater qu’elle est la seule dans ce cas. Si l’on retrace sa carrière, elle semble plus proche de la régression que de l’évolution… Etonnant, non ?

Dès lors, je m’interroge.
Marie-Anne Montchamp a-t-elle manqué de sens politique ?
S’est elle faite avoir ?
A-t-elle accepté pareille humiliation pour un simple maroquin ?
Ou a-t-elle atteint son seuil d’incompétence ?
Aurait-elle alors fait un autre deal ?
Au hasard, la négociation d’un parachutage dans une autre circonscription ?

Souvenez vous, elle a perdu la sienne lors du redécoupage, pour avoir osé se présenter à Nogent sur Marne lors des municipales de 2008, face à un protégé de Sarkozy. Un coup de ciseaux plus tard, elle s’est retrouvée sans circonscription fixe… et mal barrée pour 2012.

[Edit du 18/11/2010. On me souffle dans l’oreillette que Nicolas Sarkozy aurait proposé à Marie-Anne Montchamp de prendre la tête de liste pour le Val de Marne, son département, lors des prochaines sénatoriales, en échange de son entrée au gouvernement à un poste très subalterne. Mandat parlementaire de député supprimé, mandat parlementaire de sénateur peut être rendu, tel serait le deal.]

Si cette option est la bonne, Marie-Anne Montchamp peut trembler à l’idée que Sarko ne tienne pas sa promesse. Imaginer récupérer un mandat en étant le cadeau d’anniversaire empoisonné de Villepin serait un pari pour le moins risqué : s’il y a une chose qu’on ne peut reprocher à Sarko, c’est de mépriser les traîtres, dont il sait qu’ils retourneront leur veste une nouvelle fois à la première occasion. A ceux là, il ne fait aucun cadeau.

J’ignore donc quelle est la « conviction » de Marie-Anne Montchamp, mais j’ai une certitude, nous ne la partageons pas. Pour moi, l’engagement politique n’a de sens que si l’on reste fidèle aux valeurs qui nous animent et que l’on poursuit son chemin avec droiture et cohérence. Pas lorsque l’on se vend au plus offrant et au rabais, ce qui indique que l’on est prêt à tout, pour son intérêt personnel : l’intérêt général n’a jamais été composé de la sommes des intérêts particuliers. A bon entendeur…