Mots-clefs

, , , , ,

Kesako ?

Twitcam est un outil de Twitter, qui permet d’effectuer des chats vidéo. Il suffit de se connecter via son compte Twitter (ou de créer un compte Twitcam), à condition d’avoir une webcam, de décrire rapidement votre chat, de déclencher le « live broadcast », d’indiquer à ses contacts l’adresse où se connecter et hop, c’est parti : chacun peut poser les questions qu’il souhaite… et à vous de répondre en direct !

Mon expérience

Pas très fan de tout ce qui peut me mettre en avant, c’est après avoir assisté à la twitcam de mon pote @jb_r que j’ai décidé de tenter l’exercice… un peu poussée par mes followers. Je suis donc passée sur le grill, répondant à une centaine de questions sur ma pratique de twitter (un peu) et la vie politique (beaucoup).

Au menu, j’ai eu pas mal de questions sur République Solidaire, Chirac, Juppé, Marie-Anne Montchamp, mais aussi sur ma vision de 2012, les adversaires politiques qu’ils soient du PS, d’Europe Ecologie Les Verts ou encore le FN.

Passé l’inconfort d’être seule face à une caméra, l’expérience s’est révélée amusante, les followers ayant joué le jeu et posé des questions intéressantes. Je regrette simplement de ne pas les avoir toutes vues, et donc d’en avoir sauté certaines qui auraient mérité une réponse.

Limites

L’absence de modération nuit grandement à l’outil. En 1h30 de conversation, ma timeline a été parasitée par quelques trolls peu nombreux mais prolixes en matière d’insultes. SI la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe, il faut reconnaître que ces insultes perturbent la lecture des questions et donc  la fluidité des réponses.

Embryon de solution : être à deux, l’un relevant les questions et l’autre y répondant.

Et après ?

L’outil est intéressant et peut permettre d’entamer une discussion. J’y vois une application évidente pour les campagnes politiques, à condition de cadrer les sujets. Attention cependant : l’outil ne souffre aucune langue de bois !