Toute première fois

Cette année, je vais vivre un nouveau dépucelage : ma première université d’été du Medef, où j’ai été conviée à participer en tant que blogueuse. Waouh l’angoisse, un lâcher de @ze_fml au milieu des patrons !!!

J’avoue avoir été un peu surprise lorsque cette semaine, j’ai reçu l’invitation. Pourquoi moi ? Le monde de l’entreprise, en ce moment, je le connais surtout de l’extérieur.  Et celui-ci ne semble pas céder à mes tentatives de séduction. Mais pourquoi pas d’abord ? Bloguer un événement, c’est avant tout profiter de cette expérience en immersion pour offrir un regard personnel.

Au menu des réjouissances, un thème ambitieux : Villages et planète, objectif B20. Non, ça n’a rien à voir avec la vitamine B6. Ni avec la B12. Mais j’ai déjà besoin d’une aspirine. Ou d’un café. Ou des deux. Histoire de me mettre en jambes –enfin surtout de mettre mon cerveau sur On – pour ces trois intenses journées. Reprenons dans l’ordre. B20, c’est comme G20, mais à la place de G, on met B comme Business. Autrement dit, le monde de l’entreprise face aux défis de la mondialisation. Vous suivez ?

Le programme, donc, sera chargé. Mercredi, il sera question de Business. Avec un B, comme Business. Si, si, je vous jure, c’est précisé. Puis des métamorphoses du présent. Par définition, le présent est une perpétuelle métamorphose. La question posée, c’est comment s’y adapter. Mais j’ai surtout hâte d’être à la matinée de jeudi, qui sera consacré au nouvel humanisme. L’humanisme, c’est mon dada. Je ne suis pas chiraquienne pour rien ! Enfin l’après midi abordera la compétitivité équitable.

Voilà un programme alléchant,  qui promet de me filer des crampes aux doigts tant j’aurai de choses à vous raconter. Affaire à suivre !

Une réflexion au sujet de « Toute première fois »

  1. Quand tu les auras bien entendu traiter les chômeurs d’inadaptés au marché du travail, de gens incapables de s’adapter aux « nouveaux enjeux », de quidams pas foutus de faire 600 bornes pour un CDD de 6 mois, de citoyens ne comprenant pas que, bordel, le droit du travail, c’est un frein au retour du servage… je te souhaite bien du plaisir.

    Je t’aime bien, merci de ne pas t’immoler au milieu. Ça ferait de l’air, mais tu serais plus là

    J’aime

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.