Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , ,

Pour ce match aller des barrages de l’Europa League, le PSG était opposé au FC Differdange. L’équipe amateur, repêchée à la suite de l’élimination du club grec de Volos pour corruption, n’avait rien à perdre. Si elle a souvent joué en défense –parfois avec les 11 joueurs !- elle n’a pas démérité face aux parisiens.

Symboliquement, c’est La Recrue tant attendue, Pastore, qui a engagé le match. Dès le début, Paris a enchaîné les passes avec précision, en conservant une bonne possession de balle. Une domination qui a logiquement payé : à la 16ème minute de jeu, Kevin Gameiro a ouvert le score. Tout au long de la première période, Paris a travaillé ses automatismes, et montré sa progression.

Comment ne pas évoquer la magnifique combinaison de Pastore et Menez, tout en décalé, qui sans la bonne forme du gardien aurait pu aller au fond ? Reste que le travail de ces deux là était magnifiquement coordonné. Et quelques minutes plus tard, l’enchaînement Matuidi / Bodmer / Pastore / Menez / Gameiro était tout aussi intéressant. Pas de doute : le groupe se met en place, commence à se connaître, et à réaliser de bien belles actions collectives.

Certes, cela aura manqué de réussite. Malgré ce 4-0, le score aurait pu s’élever plus tôt dans la partie, et ce n’est pas Kevin Gameiro qui dira le contraire ! L’attaquant a été à plusieurs reprises très frustré sur des occasions manquées… grâce au très bon match du gardien de Differdange.

La seconde période, comme trop souvent avec le PSG, aura été décevante bien longtemps : relâchement, manque de précision, … Dès la 49ème minute, le PSG se fait une énorme frayeur mais heureusement, Sirigu est là. El Magnifico, confirme ainsi à plusieurs reprises l’impression laissée lors du précédent match face à Rennes : en écartant le ballon de sa cage, il permet à celle-ci de rester inviolée. Notamment par une magnifique claquette qui, avouons le, serait rentrée avec Edel. Frissons !

Pastore, quant à lui, a fait le show, et répondu aux attentes des supporters. En réalisant notamment une extraordinaire aile de pigeon à la 65ème, qui trouve la tête de Gameiro mais est malheureusement repoussée par le portier luxembourgeois. Mais le PSG est relancé. Sur un corner joué rapidement, Menez est contré… mais la balle revient sur Bahebeck, qui inscrit le deuxième but à la 71ème.

Pastore, encore lui, se décide à accélérer le jeu, pour profiter de la fatigue de l’équipe adverse. Jusqu’à amener le groupe à réaliser un véritable festival. Des frappes, des tentatives, et tout à coup Ceara, pied droit, pied gauche, et boum, un superbe tir croisé dans le trou à la 89ème. Et à peine une minute plus tard, la frappe de Jolie Poupée Menez la met au fond dans un trou de souris, là encore servi par Pastore.

L’international argentin a fait son match de rentrée, et même s’il n’a pas encore achevé sa préparation physique, a brillé ce soir. Précision, technicité, combinaisons, passes décisives : Pastore confirme que le PSG peut compter sur lui !

Petite déception en revanche du côté de Bodmer, moins à l’aide en numéro 6 qu’en numéro 10, et trop peu précis sur ses frappes. L’alliance avec Néné fonctionne mieux pour Joli Cul. Il n’a cependant pas démérité, notamment dans ses combinaisons avec Gameiro. Ce dernier confirme son envie de marquer et de ne rien lâcher. Et c’est toujours bon de voir des joueurs qui ont réellement envie de jouer.

Au final, Antoine Kombouaré peut être satisfait tant du résultat que de l’évolution de l’équipe, et envisager sereinement le match retour au Parc des Princes : objectif atteint. Incontestablement, Paris est en train de monter en puissance, et annonce une belle saison en rouge et bleu. N’en déplaise aux mauvais coucheurs, il faudra compter sur le PSG cette année dans la course aux titres !!!