Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Hier, je proposais un article sur la fin de la loi TEPA. J’étais mal informée, forcément, je ne lis que la presse. J’avais donc suivi comme un mouton la tendance, et annoncé à tort la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires, moquant allègrement l’auto-sabordage du gouvernement.

Et en écoutant la conférence de presse de François Fillon ce soir à 18h, stupeur : nous étions tous à côté, ou presque. Et pas au bout de nos surprises !

Oh certes, l’info selon laquelle le gouvernement allait mettre en place une taxation des hauts revenus était bonne… Si ce n’est que cette taxe n’est qu’exceptionnelle. Comme l’a annoncé Fillon, les revenus supérieurs à 500 000 euros par an seront taxés à hauteur de 3%… jusqu’à ce que notre pays atteigne son objectif d’un déficit à 3% du PIB, pour respecter les engagements européens. Un effort de solidarité en CDD. A peine croyable…

Quelques niches fiscales ont été réduites, mais bien peu, et surtout pas les plus emblématiques comme la fameuse niche Copé. Aucune tranche supplémentaire n’a été créé pour permettre aux hauts revenus -et non uniquement aux très hauts revenus- de payer proportionnellement plus d’impôts que les classes moyennes. Bref, aucune vision de long terme pour rétablir les finances publiques. Que fera-t-on une fois qu’on sera dans les critères de Maastricht ? On en sortira de nouveau ?

Mais plus que ces mesurettes dont à vrai dire, personne n’attendait plus du gouvernement qu’il fasse des propositions révolutionnaires -ce qui en dit long sur notre manière d’acter la faiblesse du pouvoir politique, mais c’est un autre débat-, ce que personne n’avait vu venir, c’est le nouveau gadget gouvernemental qui a provoqué mon ire. Ne doutant de rien et surtout pas de proposer une mesure tirée par les cheveux, François Fillon nous a sorti la taxe Coca. Oui oui, le gouvernement a décidé de mixer lutte contre l’obésité et fiscalité. Les boissons avec sucres ajoutées seront donc taxées.

Et je vous le donne en mille, qui va payer tout ça ? A priori, tout le monde, enfin tous ceux qui consomment ces produits. Mais en proportion, ça attaque le plus le portefeuille de qui ? Des plus fragiles, car ce sont eux qui sentiront le plus ces quelques centimes d’euro par produit. Et sur quel critère ? Celui d’être de consommateurs de « mauvais » produits. Mais pourquoi pas, comme en plaisantait @delphine_d sur Twitter, ceux qui écoutent Christophe Maé ou Zaz ? Tant qu’à être subjectif…

Ou comment Fillon a confondu dette et diète. Quand on sait qu’il est déjà difficile pour de nombreux ménages de boucler leurs fins de mois, et que beaucoup en sont à payer leurs courses à crédit, on peut se demander quel est le sens de cette mesure. Certes, l’assiette est large. Mais l’impact psychologique désastreux sur des Français qui se sentent une fois de plus attaqués, et de manière injuste.

Comme il faut bien trouver le fric quelque part, et faire des efforts en matière fiscale –il serait illusoire de penser qu’on pourra y couper-, il aurait été plus simple de réaliser une augmentation d’impôt généralisée, par exemple de la CSG, qui aurait permis de répartir sur une large assiette, mais sans stigmatiser les consommateurs de tels ou tels produits. C’est quand même dingue cette manière de juger ainsi le comportement de la population !

C’est d’autant plus révoltant qu’en matière de lutte contre l’obésité, il faudrait peut être s’intéresser au coût des produits sains, notamment les fruits et légumes. Fillon, as-tu récemment essayé d’acheter un kilo de tomates ou d’abricots ??? Personnellement, mon caddy ne contient quasiment plus de ces produits : trop chers !

La taxation touchant aussi le tabac et les alcools, prendre un whisky coca en fumant une clope sera désormais un luxe. Je vous entends déjà m’opposer la thématique de la santé. D’une part, régler les questions de santé par la répression, ça n’est pas très éducatif. En ce domaine, rien ne vaut la prévention. Et puis on s’attaque uniquement aux boissons sucrées… Pourquoi pas à la mayo ou aux gâteaux et bonbons ??? C’est ridicule.

D’autant que si le gouvernement se passionne autant pour notre santé, pourquoi alors annoncer une maîtrise de la consommation médicamenteuse qui, comme on le sait, annonce un probable déremboursement de médicaments ? Rappelons nous que les précédentes ont inclus dans la liste des médicaments nécessaires au traitement de certaines affections de longue durée.

Toujours en matière de santé, est-ce bien réjouissant de voir le Premier Ministre s’interroger sans donner de solution sur le financement de la dépendance, lorsque l’on sait que le gouvernement privilégie la piste de l’assurance privée sur cette question, qui aura pour effet l’instauration d’un système à deux vitesses, entre ceux qui pourront payer et ceux qui ne pourront pas ?

Il est effarant de constater qu’en cette fin de mandat, le gouvernement ne change rien à sa ligne : instaurer une France à deux vitesses. Rappelons tout de même que Sarkozy a été incapable de réduire l’endettement de l’Etat -non, le problème ne date pas de la crise, celle-ci l’a seulement aggravé !-, s’est longuement entêté avec son bouclier fiscal avant d’y renoncer, pour finalement lancer quelques cacahuètes fiscales, mais sans s’attaquer au problème de fond, à savoir répartir la fiscalité de manière plus juste, ce qui est la seule manière de faire passer l’augmentation des impôts, directs ou indirects, à laquelle il serait illusoire de penser qu’on échappera.

Cette réformette fiscale, décrédibilisée par cette Taxe Coca gadget, ne fera que colmater quelques brèches, mais sans pérenniser les recettes, sans plan d’envergure sur la réduction des dépenses, le tout avec des perspectives de croissance revues à la baisse. Il en ressort malheureusement que la fiscalité n’est toujours pas prise au sérieux au sommet de l’Etat, et la justice fiscale -qui consiste à imposer chacun selon ses capacités de paiement- est une notion inconnue du côté de l’Elysée.

Heureusement 2012 pointe son nez : la nécessaire réforme fiscale sans aucun doute l’un des sujets phares de la campagne !

[Point de vue] : l’excellent article de Doudette sur le sujet