Mots-clés

, , , , , , , , ,

©Feuillu© Feuillu

Après avoir blogué toute la nuit, il était un peu évident que le réveil serait compliqué. Et si j’avais vaillamment programmé mon réveil pour dormir 1h, il a bien fallu se plier à l’implacable réalité : j’avais besoin de dormir. C’est donc sans complexe que j’ai zappé la matinée : si une table ronde m’intéressait, j’avais ensuite un trou, et il y a fort à parier que j’aurais fini par ronfler au soleil. Le risque de me retrouver défigurée par la marque des herbes sur les joues -vous savez ces marques qui trahissent que vous avez dormi sur ci ou ça- était bien trop élevé.

C’est donc reposé -enfin si l’on veut, j’ai dormi 4h- que je débarque sur le Campus HEC, en voiture avec chauffeur. Parce qu’à ce stade, je ne marche déjà plus très droit. Et pourtant je n’ai encore rien bu. Imaginez après…

Par le plus pur des hasards, mon arrivée colle pile poil avec le déjeuner. Après un petit tour en salle des blogueurs, qui me permet de constater que mes camarades, sont, eux sérieux, j’attrape mon panier repas, et file m’affaler sur les pelouses en compagnie de Nobr_. Par mesure de précaution, je programme l’alarme de mon Iphone…

Ce petit bain de soleil achevé, et rechargée en vitamine A -maintenant, merci de me livrer la C- nous rejoignons l’Espace Adhérents, où se tient une conférence sur les réseaux sociaux. Nous nous installons dans la tente, conscient que cet atelier ne s’adresse pas vraiment à nous. En effet, cet échange a pour objectif d’intéresser les patrons à cette question, et leur donner un avant goût d’une conférence plus complète qui se tiendra au Medef d’Ile-de-France le mois prochain. Il n’est donc pas question d’entrer dans le fond du sujet, mais plutôt de faire un premier pas vers une population plutôt néophyte en la matière.

Les intervenants sont, je dois bien l’avouer, de qualité variable. A titre personnel, j’ai beaucoup de mal avec Vincent Ducrey, chef des blogueurs sarkozystes pendant la campagne de 2007, et auteur du Guide de l’influence.

Personnellement, je n’avais pas été impressionnée par sa gestion des blogueurs et du buzz durant la campagne, mais plutôt atterrée. Pas plus que je ne le considère comme un influent, notion vague souvent attribuée par soi même et non réellement par le réseau : étiquette de l’égo. C’est dire s’il n’est pas ma came… Comme il se prend pour un influent, il n’hésite pas à user des clichés du genre, en répondant par exemple à son téléphone pendant l’atelier. As de la procrastination ? La première info qu’il nous livre, c’est que « sur les réseaux sociaux, ça bouge extrêmement rapidement ». Nan sans dec ???

Le conflit d’agenda avec les autres ateliers avait posé d’emblée la problématique, à savoir que nous quitterions cette table ronde en cours de route. Ce moment arrive finalement assez vite. Non seulement nous ne sommes pas le public ciblé -même si je trouve intéressant de voir la relation Medef/adhérents dans cette activité qui leur était proposée- mais en plus, Nobr a rapidement un souci avec sa voisine, lorsque celle-ci décide de vider son flacon de parfum au lieu de délicatement s’asperger de douces effluves. « Ca me pique la bouche », me dit Nobr_. Constatant qu’il est réellement victime d’un attentat olfactif, qui en plus se répand dans la salle et atteint désormais mes propres narines, nous prenons nos clics –ah ah- et nos claques. C’est donc contraint par ces odieux acte terroriste que quittons l’atelier, non sans avoir entendu dans la bouche de Geoffroy THE Quote of the day : « ce phénomène est monté à une vitesse phénoménale« . Au moins !

A ce stade de la journée, le conflit d’agenda devient de plus en plus pressant. D’un côté, je tiens absolument à participer à la conférence sur le pacte social, en plénière, cette thématique étant à la fois un des sujets du G20 et de la campagne présidentielle. De l’autre, j’ai envie d’assister à la rencontre entre les blogueurs et Laurence Parisot… initialement prévue pour ½ heure à 16h, mais dont notre G.O. Nicolas nous a déjà prévenue qu’elle pourrait être plus tard et plus courte, selon l’agenda. Bien envie de lui demander si comme Ducrey, il pense que « ça bouge extrêmement vite ».

Je coupe alors la pomme en deux –non, pas la poire, en bonne chiraquienne je mange des pommes !-, je file en plénière prendre les photos de la table ronde –dont cette magnifique de Xababa !-, traverse tout le site, en croisant au passage Frédéric Mitterrand, et me dirige vers la salle des blogueurs où est diffusé le feed de la salle plénière. Enfin en théorie. La encore, merci à notre G.O. Nicolas pour son attention envers chacun. A l’instant où je pousse la porte, il est déjà sur le pont pour m’annoncer le problème de réception du feed et les démarches entreprises pour le régler. Juste parce qu’il a retenu notre discussion de ce midi dans laquelle je lui ai annoncé vouloir suivre cette conférence. La classe !

Cinq minutes après, nous avons la retransmission : la régie avait omis que nous voulions voir TOUTES les plénières…

Ce qui me permet donc d’assister à une large partie des débats et notamment à ce qui m’intéresse le plus en tant que blogueuse politique : les échanges gauche/droite, sur ce sujet clivant, entre Anne Hidalgo et Xavier Bertrand. Deux approches, avec en ligne de mire, la présidentielle. Après une longue attente -sur cette UE, elle est évidemment très sollicitée-, Laurence Parisot tient son engagement de venir nous saluer. J’avoue être curieuse de voir comment ce comporte ce bout de petite bonne femme. L’échange est hélas trop court, mais le geste reste appréciable.

Pendant ce temps, Nobr assistait à une conférence sur le thème Halte aux Extrêmes, dont il me dit le plus grand bien pendant la pause goûter que nous nous accordons dans le jardin qui jouxte notre salle des blogueurs.

En théorie, cette pause est censée être courte, juste le temps de céder à mon addiction à la nicotine. Dans la réalité, je prends racine.  Tout ça parce que je croise consécutivement Matt, un copain de y’a longtemps, avec qui j’ai une discussion passionnante sur l’éducation. Puis Lou, le père d’un pote de la ligue dissoute. L’occasion de prendre des nouvelles, et naturellement, de discuter de politique… et de la présidentielle à venir. Y’a vraiment trop de potes de droite ici.

Pendant ce temps, Nobr_ assiste à la plénière sur le féminisme où j’aurais donc en théorie du le rejoindre. Du coup, j’assiste à la fin des débats en salle des blogueurs. Ce lieu si calme où chacun vaque à ses occupations le nez dans son PC : écriture des textes, photos, montage vidéo, Facebook, Twitter, lecture de la presse en ligne, prise de note sur la table ronde en cours, … Un havre de paix au coeur de la fourmilière. De cette table ronde, je retiendrai surtout l’intervention de Virginie, pilote de chasse et première femme à avoir dirigé la patrouille de France. Bien que parfois un peu simples –mais non simplistes !- ses propos sont remarquables… et remarqués par la salle qui l’applaudit à tout rompre. Mais noté également les propos de Jean-François Copé sur la parité en politique : l’occasion de réfléchir un peu à cette question si souvent éludée…

A l’issue de cette plénière, je prends le chemin de l’Espace Business Innovation, lieu truffé de stands dédiés aux innovations, souvent technologiques, qui se transforme le soir en lieu festif où se tient, à l’issue du dîner, la fiesta. Direction l’apéro, qui nous permet de rencontrer une adhérente fort sympathique, avant d’enchaîner avec le dîner et la soirée.

Vous l’aurez remarqué, cette journée aura été pour moi moins intense que la première. D’ailleurs, si le Medef veut proposer à ses adhérents un petit atelier sur la procrastination, je veux bien intervenir : en tant que Blogueuse et Twitter’s, je suis durement frappée par ce phénomène. Mais ne croyez pas que cela nuise forcément à la productivité. En effet, même en ayant peu mis les pieds en plénière, j’ai passé une journée fort riche en rencontres, qui auront permis d’alimenter ma réflexion, et mon regard sur cette UE.