Étiquettes

, , , , , , , , ,

Relaxe confirmée. Comme en première instance, Dominique de Villepin est donc relaxé par la Cour d’Appel dans le dossier Clearstream.

Ce jugement confirme ce que chacun savait : ce dossier était complètement vide. L’ancien Premier Ministre, pourtant promis à être pendu à un croc de boucher par Nicolas Sarkozy –lequel n’avait pas hésité à faire fi de sa présomption d’innocence, se torchant une nouvelle fois avec la loi- sort définitivement blanchi de ce long et douloureux épisode judiciaire.

Et pourtant jusqu’au bout, ce dossier aura été envenimé par les rumeurs du monde politique, exploitées par les uns et les autres. A la veille de cet épilogue judiciaire, l’avocat de Jean-Louis Gergorin n’aura pas hésité à utiliser le livre de Pierre Péan, sorti ce matin, pour demander le report du délibéré. Motif : dans l’ouvrage, le Président de la République mettrait en cause dans ce dossier Alexandra Djhouri, qui n’a jamais été entendu. L’avocat de Gergorin souhaitait donc un supplément d’enquête.

A la sortie du tribunal, Dominique de Villepin savoure son honneur retrouvé : « Après 6 années d’un acharnement sans précédent, après 6 années d’épreuves pour ma famille, la justice a reconnu pour la deuxième fois mon innocence ».

Et l’ancien Premier Ministre ne se prive pas de décocher quelques flèches. Sur le fonctionnement de la justice, d’abord : « Je veux saluer l’indépendance de notre justice qui a su résister face aux pressions politiques. Cette affaire a été initiée en 2005-2006, à la veille de l’élection présidentielle de 2007. Comme j’aimerais que cela puisse servir de leçons pour la présidentielle de 2012. »

Dominique de Villepin va plus loin, et revient entre les lignes sur les relents d’égouts de ces derniers jours, avec la sortie –opportune ?- de l’affaire Bourgi à quelques jours du verdict : « Je veux croire que cela contribuera à rendre notre vieux pays moins vulnérable à la rumeur et à la calomnie ».

Enfin en ce qui concerne son avenir politique, Dominique de Villepin reste dans le flou sur une éventuelle candidature –ce n’est ni le lieu, ni le moment- mais rappelle que désormais, s’il le veut bien, plus rien ne l’empêche de se lancer : « En ce qui me concerne, je sors renforcé de cette épreuve, et plus déterminé que jamais à servir les français ».

Si Dominique de Villepin a soigneusement évité ce matin d’évoquer le nom de l’actuel locataire de l’Elysée -sans être au beau fixe, leurs relations se sont un peu réchauffées, et l’ancien Premier Ministre n’est plus dans une opposition frontale ou de victimisation-, je ne saurais que conseiller au président de la République, que chacun sait fort colérique, d’écouter en boucle le titre de Mika : il ne faudrait pas qu’il nous fasse un malaise vagal…