Mots-clefs

, , , , , ,

Le grand jour est enfin arrivé. En ce dimanche, partout en France, des centaines de milliers de personnes, voire des millions –on le saura ce soir- vont se déplacer aux urnes pour participer à la primaire citoyenne organisée par le PS pour désigner le candidat de gauche.

Dans ma ville, la section locale a décidé de n’ouvrir qu’un seul bureau de vote. Et en tant que blogueuse, j’ai la chance de pouvoir couvrir l’événement. Qui promet d’être franchement passionnant, au vu de la situation politique de notre petite bourgade…

8h30. Depuis une bonne grosse demi heure, l’équipe locale du PS s’affaire pour préparer le bureau de vote : bulletins, chartes, parcours de vote, tout droit être prêt pour l’ouverture, prévue à 9h. L’ambiance est plutôt sympa, même si chacun reste très concentré sur les derniers préparatifs.  La responsable de la section locale, Catherine Lime Biffe, m’accueille chaleureusement. Idem pour Catherine Griveau, d’Agir, et Jean Levain, d’Agir également mais surtout maire de 1995 à 2008. Bruno Lemoine, longtemps fer de lance du PS local, et très influent, est tout aussi sympa.

C’est notre première rencontre, l’occasion pour moi de découvrir qu’il a lu mon blog… Et notamment cet article, qui faisait état de mon choix lors des dernières cantonales, et qui a beaucoup fait marrer le PS à l’époque. Encore une fois, je suis peut être de droite, mais je vote selon le candidat qui me paraît le plus à même de tenir le mandat qui est mis en jeu. Et lorsque la droite ne me satisfait pas, je n’ai pas d’état d’âme : en aucun cas, je ne me sens prisonnière d’une idéologie. En vertu d’une valeur que s’est appropriée la droite, à savoir la responsabilité.

9h00. C’est parti ! Du coup, j’en profite pour me lancer. Il faut bien que quelqu’un étrenne le système…

Une autre votante me devance, je perds un peu de temps dans l’isoloir -pour faire les photos d’ambiance- et c’est en troisième position que je mets le bulletin dans l’urne, sous les yeux de la présidente du bureau de vote. A voté !

10h30. Les votants arrivent en flot continu,  ce qui laisse présager d’une bonne participation. Et c’est assez intéressant de savoir combien de votants vont venir déposer leur bulletin. Chaville est une petite ville des Hauts de Seine, que l’on pourrait qualifier de centriste. La ville oscille à droite, à gauche, sans radicalisme. Reste que depuis le départ du maire UDF en 1995, remplacé par un candidat issu du RPR, la gauche reste majoritaire en nombre de voix.

Si aux dernières municipales la droite l’a emporté en raison des divisions de la gauche, entre le PS et le PRG, c’est franchement sur un malentendu. Le nouveau maire lui-même, d’ailleurs, ne pensait pas réunir la majorité des suffrages… au bénéfice d’un abstentionnisme de gauche, certains électeurs du candidat PS ne s’étant en partie pas déplacés pour reporter leurs voix sur le candidat PRG. Pourquoi ? Parce que Jean Levain  n’a pas voulu ajouter Bruno Lemoine sur sa liste dans l’entre-deux tours, estimant ne pas avoir besoin de ses voix. Ce qui a frustré les électeurs de Bruno Lemoine. Mais attention : ce n’est pas Bruno Lemoine qui a refusé l’union, et la défaite ne saurait lui être imputée.

Cette cacophonie a coûté cher à la gauche qui depuis, a retenu la leçon. En effet, aux cantonales, l’union était de mise. Catherine Lime Biffe, la socialiste, n’a pas remporté l’élection en raison d’un canton défavorable, mais a réalisé un très beau score sur Chaville, avec plus de 53% des suffrages exprimés. De quoi se prendre à rêver pour les municipales…

Catherine Lime Biffe, c’est la valeur montante de la gauche sur Chaville. Dynamique et pragmatique, elle fait preuve d’une véritable ouverture d’esprit et surtout, de ce réalisme qui fait la marque de la nouvelle génération. Profondément militante, cette femme de terrain a su reconstruire avec énergie sa section, après les divisions qui avaient entachées la municipale de 2008. Mais tout ceci appartient au passé et aujourd’hui, tout ce petit monde se retrouve uni dans le bureau de vote. Ce qui est plaisant. Bon point pour la gauche locale.

13h00. La participation est déjà de 455 votants, soit 3% des listes électorales. Vu qu’il pleut comme vache qui pisse sur notre petite bourgade, et que l’objectif est de 5%, c’est une bonne tendance. En comparaison, Catherine Lime Biffe avait réuni sur Chaville 1077 voix au premier tour des cantonales, et 2697 au second.

Si les votants continuent de se présenter au bureau selon ce rythme, la primaire sera localement un succès. A noter cependant que certains ne jouent pas vraiment le jeu : les communistes locaux ont reçu pour consigne de se rendre urnes et voter Aubry. En d’autres termes, le Tout Sauf Hollande semble localement se confirmer. A voir en sortie des urnes…

A la même heure, au national, Harlem Désir annonce 744 527 votants sur les 2/3 des bureaux. Si l’on projette ce résultat, on serait donc déjà aux alentours d’un million de votants, soit près de 2% du corps électoral. Ce qui mettrait ma petite bourgade légèrement en avance.

17h30. Alors que je rejoins le bureau de vote, le militant qui accueille les votants me fait part des derniers chiffres de la participation : on approche les 1000 votants, soit environ 6% du corps électoral ! Ce qui dépasse les espérances de Catherine Lime Biffe, qui m’avait confié à 13h qu’elle aimerait bien d’atteindre les 900 votants. Et ça continue d’arriver, obligeant les votants à patienter quelques minutes dans la queue qui s’est formée, avant de déposer leur bulletin dans l’urne.

« Le président là c’est Nicolas Sarkozy, mais le futur président sera un de ceux là » dit un petit garçon en montrant l’affiche des primaires, sans visage. Du haut de ses 6-7 ans, il joue avec sa patinette dans le centre culturel, mais sait manifestement très bien pourquoi sa famille est là.

17h40. La queue déborde du bureau de vote. A 1h20 de la fermeture, le bureau de désemplit pas. Des jeunes, des vieux, des familles… toutes les tranches d’âge sont représentées. D’ailleurs, j’en connais bien la moitié.

Du côté de l’organisation, les bénévoles sont avides des dernières nouvelles. La situation du bureau -en sous sol- ne leur permet pas de se tenir informés autant qu’ils le voudraient. Je leur explique que depuis l’annonce off que le million de votants a été dépassé, plus aucune mise à jour n’a filtré, et leur promet de regagner régulièrement la surface pour vérifier.

18h00. Je croise une retraitée, qui n’a pas un euro sur elle. Elle me demande gentiment de la dépanner, ce que j’accepte. Nous entamons alors une conversation sur la situation politique nationale. Elle me dit venir pour aider les jeunes, puis évoque les difficultés des titulaires de petites retraites. Mais ne veut pas se plaindre : « Nous avons eu plus de chances que vous étant jeunes, je veux être solidaire des jeunes ». Son mari arrive, et elle me rend mon euro : « Mon mari a pu se garer et il a de la monnaie, mais merci de votre geste ». Classe, la mamie… En sortant du bureau, elle revient me voir « Ca y est, j’ai fait mon devoir. En espérant que cela puisse changer les choses pour vous autres, les jeunes ». Le changement, voilà ce que les gens attendent…

18h15. Depuis 1/2 heure maintenant, le bureau tourne à plein régime. A l’intérieur, deux files se sont formées : ceux qui sortent de l’isoloir, et ceux qui attendent pour prendre les bulletins. Celle-là s’étend jusque dehors. Mais tout le monde patiente gentiment, content de participer. Ici, la primaire est incontestablement un succès.

18h30. On en est à 1150 votants, sur une liste de 14600 qui contient encore les radiés, donc à 13500 réels. Soit aux alentours de 8%. Vu le flux, on approchera les 10%. Les bénévoles sont heu-reux, et la fin du vote se déroule dans une ambiance bon enfant, très agréable.

19h00. Clôture du bureau. Les derniers votants passent dans l’isoloir, puis le scrutin est clos. Les scrutateurs sont là en nombre pour dépouiller. Tout le monde attend avec impatience la première centaine. A noter, comme tout au long de la journée, la très bonne ambiance au sein du bureau. Mon Ipad fait sensation, et tout le monde vient me demander les résultats provisoires. Bien qu’étant de droite, je ne ressens aucune méfiance ou rejet de la part de ces sympathisants de gauche, qui sont vraiment sympas.

20h50. le résultat définitif sur Chaville tombe :

  • Votants : 1197
  • Blancs et nuls : 4
  • Suffrages exprimés : 1193
  • Hollande : 424 (35,54%)
  • Aubry : 377 (31,6%)
  • Montebourg : 183 (15,34%)
  • Valls : 131 (10,98%)
  • Royal : 67 (5,62%)
  • Baylet : 11 (0,92%)

Des chiffres différents du national, avec un écart bien plus serré entre Aubry et Hollande, mais surtout un score quasiment double de Manuel Valls. Ces deux éléments au détriment de Royal et Montebourg.

Un dernier oeil sur les chiffres, et les bénévoles, militants et sympathisants présents s’empressent de regagner leurs pénates. Tous semblent heureux du succès de la primaire, mais ont déjà la tête dans le second tour. A dimanche prochain !