Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,

En cette soirée d’Halloween, quelle thématique politique évidente que l’agonie de la droite… En cette veille de fête des morts, quel sujet plus approprié que la rapide décomposition d’une UMP même pas certaine de souffler ses dix bougies le 17 novembre 2012 ?

Le Monde a du avoir la même idée, puisque le journal du soir nous a gratifié aujourd’hui de cette infographie. Et là, franchement, j’ai bien ri. Le journal du soir a en effet entrepris de recenser les différents courants de la droite, en interne à l’UMP et en externe. Ainsi, Le Monde recense pas moins de 15 clubs riens que dans l’UMP, et 9 partis dans la galaxie. Et là, il y a du lol à tous les étages.

En effet, le journal s’est un peu laissé abuser par les partis externes. Afficher 25000 adhérents pour République Solidaire, c’est franchement excessif, même en comptabilisant ceux qui ne sont pas à jour de cotisation. Idem pour d’autres structures. Le commentaire est lui aussi un peu à côté de la plaque : les clubs internes à l’UMP ne sont pas apparus sous Nicolas Sarkozy… la grande majorité d’entre eux existaient dès la création de l’UMP, ou se sont montés rapidement après son lancement.

D’ailleurs, il ne s’agit pas vraiment de courants, mais plutôt de micro structures destinées à la seule gloire de leur leader, pour qu’il puisse négocier des postes en interne ainsi que sur les listes électorales, et donc jouer des coudes entre eux. Rien à voir avec de prétendus courants de pensées. Car question travaux, seul Dialogue et Initiative a vraiment servi de boîte à idées lorsque Jean-Pierre Raffarin, l’un de ses fondateurs, était premier ministre. Les autres se réunissent, mais ne sont guère productifs. Plus drôle encore, d’une réunion d’un club à l’autre, on croise souvent les mêmes prétendus adhérents.

Et pour une raison simple : les courants ne sont pas reconnus dans l’UMP. Contrairement à ce qui est souvent dit dans les médias, l’UMP a pourtant essayé rapidement après sa création de mettre en place ses courants. C’était 18 mois après la création de l’UMP, lors du conseil national du 9 mai 2004 aux docks de l’UMP. La motion Juppé –alors président de l’UMP- proposait la création de courant et leur octroyait des moyens.

Elle a recueilli 58% des suffrages –un vrai vote, pas un scrutin à la soviétique- et pour l’appliquer, il suffisait qu’elle soit ratifiée lors du Congrès suivant par les adhérents. Le Congrès suivant, c’était celui de l’élection de Sarko… Il aurait été possible de faire ratifier cette motion à cette occasion. Mais voilà : le président-to-be de l’UMP n’en voulait pas. D’où la voix monocorde aujourd’hui du parti majoritaire et l’aspect monolithique de l’UMP… que son président fondateur Alain Juppé avait tenté d’éviter.

Pendant ce temps du côté de Paris, ça ne va pas mieux entre François Fillon et Rachida Dati, qui se crêpent le chignon autour de la deuxième circonscription de Paris. Qui sera investi pour porter les couleurs du parti majoritaire ? Face à cette ambiance très Dallas, l’ancien sénateur et toujours président du Conseil Général de l’Orne, Alain Lambert, a décidé de se lancer dans la bataille… s’il obtient l’investiture centriste (vu qu’il soutient François Bayrou). Pour une raison simple : si Dati et Fillon se chamaillent, pourquoi ne pas mettre tout le monde d’accord en choisissant quelqu’un d’autre ? En voilà une bonne idée !

Sa candidature serait une excellente nouvelle pour les parisiens concernés, à qui elle offrirait un choix de qualité. Connaissant Alain Lambert, sa liberté de ton –s’il fut sarkozyste, il en est revenu et n’hésite pas à assumer tant son soutien passé que son éloignement depuis sa prise de conscience-, et sa vraie compétence en matière de Finances Publiques, la deuxième circonscription de Paris a tout à y gagner. Mon conseil à Alain (oui, je l’appelle Alain) : qu’il y aille, même sans étiquette, cela relèvera l’image de la droite…

Parce que l’UMP, en ce moment, peine à dépasser le degré zéro de la politique. Nouvel exemple ce soir avec  Valérie Rosso Debord qui, invitée au Petit Journal, a apporté sa pierre à ce musée des horreurs, histoire de bien fêter Halloween : selon elle, « la droite, c’est considérer que l’individu prime le groupe ». Oui vous avez bien lu, il manque un mot. Sûrement quelques neurones aussi. La preuve avec ce nouvel extrait. Alors que Yann Barthès lui demande ce qu’en temps que femme de droite elle a fait aujourd’hui, elle répond : « Aujourd’hui j’ai fait une tarte pour moi-même ». 

Avant de se prendre les pieds dans le tapis en tentant de prolonger son propos via la métaphore culinaire, une idée très tarte : « L’idée pour nous c’est que la tarte doit grossir pour que chacun en ait un morceau ». Rhooo le cliché… avant de finir carrément le nez –non, pas de blagues sur son physique, y’a assez à faire sur son unique neurone- dans le pétrin : « C’est la différence entre les 35h et le travail pour tous ». Oh je vous vois venir, à tout de suite relever qu’en France il n’y a pas de travail pour tous et que les chiffres du chômage explosent. Trick or Treat ? 

Hey les gens, on parle de Valérie Rosso-Debord là. Une cliente parfaite pour un épisode Confessions Intimes sur le thème Je suis de Droite, j’achète mes robes à la Redoute pour sauver l’économie locale parce que je n’ai pas compris qu’elles sont fabriquées en Chine, et je choisis des modèles grand-mère parce que  je tente de prôner la solidarité, mais non je déconne en fait j’ai découpé mes rideaux  sans parler des blagues salaces sur le Ch’Nord que l’on pourrait faire à son propos. Non, non, non, ici on n’attaque pas sur la personne, juste les idées. Alors qu’on pourrait franchement se lâcher.

Quand on pense qu’elle est sur les rangs pour être porte-parole de la campagne de Sarko… C’est gentil de prévoir les distractions pour les observateurs de cette présidentielle. Ceci dit vu le festival de cinéma prévu par l’UMP avec rediffusion de tous les Scary Movie incluant les bêtisiers et scènes inédites en guise de campagne pour 2012, pourrait-on penser à nous livrer aussi les pop-corns ? En vous remerciant !