Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Rien ne va plus à l’UMP ! Le parti majoritaire s’est trouvé un nouveau terrain de bisbilles, dans la 2ème circonscription de Paris, avec la guéguerre que se livrent François Fillon et Rachida Dati. Et ça n’est pas près de s’arrêter.

Comme je l’avais déjà expliqué, les deux élus se livrent à une querelle de chiffonniers pour savoir lequel emportera l’investiture de l’UMP pour mener le combat lors des prochaines législatives. Si François Fillon se revendique de son actuelle fonction de Premier ministre –qu’il ne sera plus au moment de se présenter devant les électeurs- pour préempter le soutien de l’UMP, il n’en reste pas moins un parachuté.

Tout comme l’était Rachida Dati lorsqu’elle a pris la mairie du 7ème en 2008. Reste qu’elle y est désormais installé, et qu’il semble plutôt légitime qu’elle souhaite s’ancrer dans son territoire : si en plus les parachutés ne doivent être que de passage, les parisiens se sentiront-ils un jour représentés ?

Cette semaine, Rachida Dati a retiré leurs délégations à deux de ses adjointes fillonistes, au motif qu’elles se sont abstenus de voter le budget… budget d’ailleurs renvoyé en seconde lecture, tous les détails sont dans cette note de Romain.

De prime abord, on peut penser que c’est une provocation de la part de Rachida Dati. Et pourtant, la maire du 7ème arrondissement a raison. De tous temps, en politique, la ligne de partage entre majorité et opposition a été le vote du budget.

Dès l’instant où ses propres adjointes ne le votent pas, elles se placent dans l’opposition. Si elles persistent dans ce choix en seconde lecture, elles auront alors officiellement constitué une opposition Filloniste au sein de l’équipe municipale du 7ème arrondissement. Rachida Dati a donc parfaitement raison de les sanctionner. Et cela ne signifie ni plus ni moins que les fillonistes sont désormais dissidents divers droite au sein de cette majorité UMP. Et Fillon veut l’investiture ? Laissez moi rire…

Mais l’UMP étant créative, ça n’est pas le seul incident de la semaine, et c’est encore le camp Fillon qui s’illustre, par la voix de Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement.

Dans une interview accordée au site Election Politique par César Armand, l’élu parisien s’en prend à Alain Lambert. L’ancien ministre du budget dans le gouvernement Raffarin, ancien sénateur ayant renoncé à son mandat pour rejoindre une haute juridiction, et actuel président du conseil général de l’Orne, a en effet déclaré sa candidature, souhaitant « renouer avec un débat démocratique apaisé et construit ».

Mais voilà, cette initiative n’est pas du goût des fillonistes, déjà en proie à la candidature de Rachida Dati. Interrogé sur Alain Lambert, Jean-François Legaret a commis un nouveau faux pas, en déclarant : « Je trouve cela bien saugrenu », avant de préciser son sentiment sur cette candidature : « Je crois, au contraire, qu’il va compliquer les choses ».

Saugrenu ??? Quelqu’un peut-il, en outre, informer Jean-François Legaret du parcours politique d’Alain Lambert ? Qu’il ne s’agit en aucun cas d’une candidature gaguesque, mais bien d’un homme politique aguerri –certes, qui ne se bat plus pour obtenir un poste à tout prix- et qui, au passage, a lui, réussi à devenir parlementaire –là où Jean-François Legaret a échoué- et même ministre, un poste pour lequel le maire du 1er arrondissement n’a jamais été positionné ? Et il ose trouver la candidature d’Alain Lambert saugrenue ? Quel manque de respect de la part de l’élu local !

Alain Lambert, lui, a préféré, dans sa réponse à Jean-François Legaret, ne pas céder à cette provocation, et faire preuve de responsabilité : « Comme vous le savez, j’appartiens au courant personnaliste des centristes et je m’intéresse à tenter de réunir un corpus de pensée sur la personnalisme communautaire dans un monde ouvert, en Europe et dans le Monde. Le sujet est passionnant et nous élève un peu l’esprit par rapport aux querelles de boutiques propres à la politique politicienne». L’ancien ministre du Budget n’a, il est vrai, pas la pression pour l’emporter. Ses compétences ne sont plus à démontrer, sa carrière politique est derrière lui, et son offre n’en est emprunte que de plus de sincérité.

Vu le sérieux de son profil, l’on peut aisément comprendre que la troisième voie qu’il propose ne puisse agacer.

Et pourtant, ce sont bien Rachida Dati et François Fillon qui ont les cartes en main.

S’ils cessent leurs querelles et parviennent à proposer un choix probant aux électeurs de la 2ème circo de Paris, Alain Lambert pourrait ne pas aller au bout.

Mais si la politique politicienne persiste à envenimer le débat, l’ancien ministre du Budget constituera une alternative de choix aux électeurs qui seraient plus intéressés par la politique, au sens noble du terme, que par des querelles de basse-cour dignes de Dallas. C’est donc bien la qualité du débat proposé par le(s) candidat(e-s) UMP qui déterminera le choix d’Alain Lambert d’aller au bout ou pas.

Et pour l’instant, les derniers épisodes du feuilleton ne font que confirmer la nécessité d’une alternative. Cette nouvelle incartade du camp Fillon démontre une fois de plus la suffisance de ses partisans, qui veulent s’assurer d’un résultat acquis pour leur champion avant que l’élection n’aie lieu, et s’offusque donc que quiconque, fusse en dehors de leur parti, ose se présenter devant les électeurs sans être immédiatement taxé d’être un fauteur de troubles.

Nan mais franchement, quelle idée d’oser mettre des candidats qui pourraient l’emporter face au Premier ministre !

Non seulement il quitte son fief de la Sarthe –où sa réélection n’est pas assurée- pour se trouver une petite circonscription bien à droite en théorie facile à conquérir, ce qui ne démontre pas d’un tempérament très combattif pour un Premier ministre, mais en plus, il faudrait qu’il soit seul à concourir ?

Jusqu’ici, nous avons donc un candidat Premier ministre bien décidé à obtenir de force une investiture, afin d’obtenir une circonscription confortable et trouver ainsi un point de chute loin de son fief mis en péril, si possible sans candidat en mesure de croiser le fer, et aux prix de toutes les querelles possibles et imaginables avec les autres prétendants aux suffrages. En effet dans ce feuilleton peu ragoûtant, c’est encore lui qui met le feu à la circonscription.

République exemplaire, qu’ils disait… Pour le moment, la 2ème circonscription de Paris est plutôt en proie au fait du Prince, sous prétexte qu’il serait naturel que le Premier ministre soit non seulement le candidat officiel de l’UMP –alors qu’il pourrait y avoir une primaire- mais maintenant, l’Elu. Et bien non, ce choix revient aux électeurs de cette circonscription. Et choix il ne peut y avoir qu’en présence de plusieurs candidats, fussent-ils également de droite.