Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

L’équipe était pourtant belle. Malgré l’absence de Jolie Poupée Jérémy Ménez, suspendu (pour port intempestif de renard mort ?), Antoine Kombouaré a aligné du beau monde.

Laissant sur le banc Tiéné, il a titularisé Armand, Matuidi, Bisevac, soit le retour de trois bons joueurs. Pastore, Néné, Gameiro sont là, entourés de Jallet, Bodmer, Matuidi, Bisevac, Ceara, Armand et Sakho, sans oublier Sirigu dans les cages. Sur la feuille de match, tout est réuni pour voir du grand PSG.

Et ça démarre sur les chapeaux de roues. Dans un Parc des Princes qui vient de faire un accueil de dingue à Antoine Kombouaré [ndlr : une polémique a animé la semaine footballistique à la suite de la rencontre de Leonardo avec Ancelotti, et le petit monde du ballon rond s’est emballé sur le départ éventuel de l’entraîneur kanak], les parisiens sont bien décidés à mettre le feu. Et à marquer au moins deux buts, ce qui leur permettra de fêter le 2000ème but du club en Ligue 1.

Néné lance Gameiro, qui frappe au dessus, puis se lance tout seul. Car ce soir, c’est le Néné show.

Le brésilien, qui vient de recevoir le trophée du meilleur joueur du mois d’Octobre, est en forme, tant pour provoquer ses adversaires et obtenir des coups francs que sur le plan technique, ou encore dans la distribution du ballon et dans l’offensive.

Pour une fois, Paris joue simple et rapide, et montre une réelle progression dans le jeu collectif : les actions individualistes ont été laissées de côté, et l’équipe parvient bien à faire circuler le ballon, s’assurant sur le match 64% de possession de balle. Sans aucun doute, Paris domine.

Mais Paris rencontre un problème de taille. Bien décidé à ne pas perdre le match, Nancy joue uniquement en défense, avec une ligne de 5 et une ligne de 4. Compliqué de traverser un tel mur pour atteindre le but ! Les parisiens se cassent régulièrement les dents sur cet obstacle. Ce jeu défensif, à la limite de l’anti-jeu, est tel que lors d’un coup franc, le PSG fait le coup de la chenille pour éviter le marquage un peu lourd des nancéens.

A la mi-temps, Canal + estime que ça commence à bien faire, et se livre à son sport favori : le PSG bashing.

Et c’est parti pour les commentaires sur la crise au sein de l’effectif, Pastore invisible, etc… C’est dans cette ambiance un peu lunaire que Nancy plante un but, l’air de rien, au bout du pied de Calvé. Un boulet imparable pour Sirigu. Nancy 1, Paris 0.

Et c’est parti pour les Footix qui s’en prennent à Kombouaré sur les réseaux sociaux. Comme si se prendre un but était interdit à une équipe. Sérieusement… Certains n’ont vraiment aucune mesure.

C’est le moment que choisit Nancy pour tenter le 2-0, un score terrible qui ferait passer Montpellier devant Paris au classement général. Nan mais ça ne va pas ???

Sirigu, au taquet, jette ses deux mimines en avant et serre ses petits poings fermement pour repousser le vilain ballon. Ouf !

Ceci dit, Kombouaré sent l’urgence de réagir, et décide de faire rentrer un attaquant. Enfin, un joueur qui occupe la position d’attaquant. Parce qu’Air-Ding [ndlr : Erding] n’est tellement pas au top de sa forme qu’il n’est titulaire que pour l’Europa League. Encore un peu et il rejoint Chikungunya [ndlr : Lyundula] dans l’équipe de réserve. Nancy continue son pressing, et obtient une nouvelle balle de 2-0. Mais le Poussin Sirigu ne s’en laisse pas compter, et sauve le PSG, en réalisant une superbe claquette du bout de sa main droite. Une main de fer dans un gant de cuir tout moche.

Et là, Pastore se réveille. Et tout le PSG avec. Les vingt dernières minutes se résument à un bombardement parisien sur la cage nancéenne. Mais voilà, Paris a la guigne.

Pire, c’est Les Bronzés font du foot, avec dans le rôle de Jean-Claude Dusse… Kevin Game Héros. Le pauvre, ça fait 7 matchs qu’il tente de conclure ! Et une nouvelle fois, il se prend une nouvelle fois la transversale. A croire qu’il veut gagner la bagnole mise en jeu pour les supporters à la mi-temps… qui gagnent s’ils touchent la barre ! Léonardo, sois gentil, offre lui une belle voiture.

Puis ce sont Néné, Bodmer, et encore Néné qui se ratent. Joli Cul Bodmer est même impressionnant, à oublier de piquer son ballon. Pastore aussi, par manque de puissance. Malgré ses efforts, Paris s’incline à domicile face à Nancy sur le score de 1-0. Une jolie tarte aux mirabelles en pleine poire pour les leaders du championnat…

Qui le restent, au coude à coude avant Montpellier, mais avec 5 points d’avance sur Lille. Un match en demi-teinte, à vite oublier pour se concentrer sur le prochain défi : le clasico, la semaine prochaine, à Marseille !

Et surtout, brûler L’Equipe qui, une fois de plus, ne fait pas dans la dentelle… et semble oublier que Paris reste leader du championnat, et ne connaît que sa seconde défaite en quatorze journées. Stop au PSG Bashing dans les médias !!!