Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

© C.Gavelle/PSG

Ce matin, Paris s’est recouvert d’un manteau blanc… Il neige !

C’est trop chou, c’est trop beau, mais pour se rouler dans la neige, on attendra le Camp des Loges. Oui, vu qu’on joue mardi contre Dijon, il y a entraînement à midi ! Quelle bande de dingues…

Bonjour la galère pour arriver jusqu’à Saint-Germain. Okay depuis Neuilly c’est tout droit jusqu’au triangle de Rocquencourt, mais après, ça se gâte… Si les grands axes sont  bien dégagés, ça n’est pas le cas partout. Et c’est bien le plus sportif, vu que les joueurs ne sont pas tous habitués à la conduite sur neige et verglas. Un temps à planter la Mini dans le décor… Miraculeusement, on arrive en un seul morceau.

Les terrains étant enfouis sous 5cm de neige, le décrassage se fait en salle, bien au chaud. Chacun a son petit planning personnalisé, entre soins, récupération et renforcement musculaire. Qui des abdos, qui de la muscu, et pour moi ce sera vélo. Je fais la course avec Thiago. L’occasion de faire un peu mieux connaissance, et surtout de lui apprendre quelques rudiments de français. Notre numéro 28 s’intègre déjà bien… mais parle surtout italien.

Les gardiens, eux, font des jeux de ballons. C’est très ludique, ils sont censés travailler leurs réflexes. Néné fait des abdos. Lugano des pompes. Pour les faire rire, je fais des galipettes. Maxwell m’en propose d’un autre genre. Je suis tentée d’accepter, mais Sirigu est dans le coin. Alors je lui demande plutôt un caféé. Bisevac travaille son équilibre. Je relance de dix par le poirier. Du coup, tout le monde voit mes seins. « En même temps qui ne les avait pas déjà vus » me balance Sirigu, rageur. Bah du coup, plus la peine de les cacher, hein…

Bref, ça reste le meilleur club de fitness auquel j’ai jamais adhéré : moi, seule fille au milieu de plein de mecs. Le rêve. Il manque juste une poutre qu’on rigole un peu. Hoarau me propose la sienne. Branleur, va ! On rigole, mais les préparateurs physiques ne me font pas participer pour rien. Pour tout ce qui nécessite une certaine souplesse, je suis une bonne locomotive : ma présence permet qu’ils évitent de zapper leurs étirements de fin de séance. Ca vaut bien un bout de nibard de temps en temps.

Après l’effort, le réconfort d’une bonne douche… qui s’avère vite inutile. En effet, au moment de regagner les voitures, commence une méga bataille de boules de neige. Ca démarre, comme ça, l’air de rien, par un jeté de Pastore, de plus en plus déconneur. Ca finit en pugilat neigeux sur le parking, en mode guérilla des Alpes. Tous planqués derrière les voitures, on se balance bombe sur bombe.

Ca monte d’un cran quand Néné me surprend par derrière,  et jette une boule sous mon T-shirt. Totalement raccord avec son surnom, le Néné ! Comme je suis armée, il s’en prend une dans le boxer.  Plus personne ne respecte les fringues, c’est la guerre ! Evidemment comme je suis la plus faible, je fais une bonne proie… et je finis étalée sur le capot d’une voiture, de la neige plein la culotte, et les cheveux congelés. Merci les gars…

*Paris sous la neige

<- Episode 31 – Tous les épisodes – Episode 33 ->