Mots-clefs

, , , , , ,

© C.Gavelle/PSG

En théorie, l’entraînement est à midi. Jusqu’au dernier moment, j’ai espéré qu’on nous octroierait un jour de congé, le match de Coupe de France prévu demain contre Dijon ayant été reporté en raisons des conditions météorologiques.

Mais non. Il va falloir aller se geler les fesses au Camp des Loges sans avoir eu de repos depuis dimanche dernier. Et pour la suite de la semaine, on ne sait pas. Peut être du repos demain, peut être pas. Seule certitude… on sera à huis clos. Inutile de proposer aux supporters de venir voir les garçons jouer à la baballe si la météo nous oblige à rester en salle.

Ce planning chargé tombe mal, vu que j’ai passé une bonne partie de la nuit devant l’écran géant pour mâter le Superbowl et encourager les Patriots… qui se sont inclinés sur le fil face aux Giants. Sans parler du show de Madonna. C’est d’ailleurs là que ça a dégénéré, quand j’ai entonné Like a prayer à l’attention de celui qui occupe la moitié de mon lit. Enfin du sien. Bref, ça a ripé, et je me suis pris un plaquage, mais dans ce jeu là ça n’empêche aucunement de marquer un touchdown. C’est même plutôt conseillé. Du coup ce matin… it’s complicated.

A l’arrivée au Camp des Loges, surprise : un dôme a été installé sur les terrains. Cette bulle permet de travailler normalement… et d’éviter l’enneigement. Forcément, les garçons adorent.  Leonardo me souffle à l’oreille : « Alors Poupette, tu l’aimes ma capote géante ? » Nan mais quel prétentieux ce Leo. Du coup je le tacle sauvagement, en lui balançant un petit « Si seulement je pouvais m’amuser avec… mais que de la gueule ! » Reste qu’il est canon ce dôme, et en plus il fait bien meilleur dedans !

En fin d’après midi le planning tombe, et la semaine prochaine sera chargée : match à Nice dimanche, à Dijon mercredi sous réserves, la ligue pouvant décider vendredi de le jouer finalement à Paris, et choc contre Montpellier le dimanche suivant. Trois matchs en 8 jours, on va morfler.

<- Episode 32 – Tous les épisodes – Episode 34 ->