Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

© C.Gavelle/PSG

Nouvelle surprise à l’arrivée ce matin : le dôme est en train d’être retiré, parce que le vent rend la structure dangereuse.

C’est donc dehors, par -3°, que les garçons évolueront. Une pensée pour mes fesses qui vont congeler. Vague impression d’appartenir à la famille Courjault, là…

Mais pour l’heure, y’a interro pour Galimeiro, qui passe son grand oral en conférence de presse. L’occasion pour moi de vérifier ses progrès. S’il foire, il sera privé de MP3. Autant vous dire que mon petit bonhomme a la pression. Histoire de l’accompagner mentalement, j’en bois une, de pression. Kevin s’en sort plutôt bien. Je décide de lui mettre 13. Il pleure. Parce que la semaine dernière, il a vu Vendredi 13. Ah ouais, c’est vraiment un ado. Bon va pour 14 alors. Mais c’est mon dernier mot, Jean-Pierre.

Après un petit échauffement en salle, c’est parti pour l’entraînement dehors. Tout le monde a sorti les gants, bonnets, cache-cols, écharpes… S’ils n’étaient pas en rouge et bleu, on jurerait que c’est Ocean’s 25 et qu’on va attaquer une banque. Ceci dit, on a bien prévu de faire la razzia sur la Ligue 1. Mais bon, j’ai quand même vaguement l’impression d’être au milieu d’un groupe d’indépendantistes corses camouflés en PSG boys.

Vu qu’il reste encore un peu de neige sur le terrain, j’ai sorti les Moon Boots. Mais en rouge, pour être raccord avec nos couleurs, pas comme l’atroce orange des joueurs de Saint-Etienne. Orange et vert, ils sont vraiment mal lotis. Alors que nous, en rouge et bleu, on a la classe… Je pense d’ailleurs qu’on devrait faire des Moon Boots pour fesses. Voire l’équivalent des combinaisons de cosmonautes en Moon Boots. Enfin en Moon. Cosmonautes, moon, y’a un rapport. Enfin si tu parles anglais. Parce que là, dehors, j’ai vraiment froid à la culotte.

Du coup je fais spontanément des longueurs de terrain, pour tenter de me réchauffer. Sous l’œil éberlué de Paul Clement, qui se demande quelle mouche a pu me piquer. Et si ça existe, l’inverse de la mouche Tsé-Tsé. Puisqu’on en est là, les Moon Boots, c’est pas l’idéal pour courir. Ca pèse une tonne ! Et puis ça me donne une allure bizarre.

Mes pieds ont doublé de volume : ils ressemblent à des bouts de jambon au bout d’une pique en bois.  Je suis devenu un apéro géant. Si Guéant apprend ça, je suis bonne pour la geôle. Déjà que je fricote avec un italien, je sens que mon compte va vite être bon. Et pas en version Des Chiffres et des lettres ! D’autant que je sens qu’il  y en a un qui ne ferait bien qu’une bouchée de moi…

Les garçons terminent enfin leur séance, et je récupère les attaquants pour une petite leçon de français. Hoarau, meilleur élève de toute la promo, est dispensé. J’ai donc avec moi Néné, Pastore, Galimeiro et Jolie Poupée Ménez. Néné décrète qu’il veut que j’applique la même méthode qu’avec Sirigu : s’ils travaillent bien pendant le cours, je devrai montrer mes seins. Et moi, je veux que Jolie Poupée Ménez arrive à faire une phrase de type Sujet-Verbe-COD sans faute de syntaxe. Bref, c’est la guerre.

Ceci dit, je suis tranquille, car Ménez ne tarde pas à ouvrir la bouche : « Poupette si tu montrerais tes seins je vais bien parler ». Mes oreilles saignent. Les autres lui jettent des boulettes de papier, énervés qu’il mette à mal le défi du jour. Il prend le tarif : copier 100 fois « Poupette, si tu montrais tes seins, je parlerais bien. » et un rendez-vous pour un cours particulier sur la concordance des temps. Et je n’ai pas à montrer mes seins. C’est ça de vouloir faire les malins… Gniark gniark gniark !

<- Episode 33 – Tous les épisodes – Episode 35 ->