Étiquettes

, , , , , , , , ,

© PSG Girl

Lever en douceur après la journée off d’hier. J’aime les journées off. Surtout en semaine, on peut fair plein de trucs sympas. Genre du shopping de WAG. Ou pas. Bref.

Café, jus d’orange, biscotte… et l’Equipe. Avec un magnifique portrait de Salvo que je suis bonne pour traduire en rital dès le petit dej.

Hum, je constate que Jallet a réussi à placer ce surnom que je déteste. Adamo. Parce que Salvatore Adamo. Mais qui aime Adamo ? Sérieusement, ça pue la naphtaline !!! Mon Salvatore à moi n’est pas vieux, n’a pas une improbable coupe de cheveux qui tient à grands renforts de laque Elnett de chez l’Oreal, et ne chante pas des chansons à l’eau de rose !!! Ca fleure bon les années 60, et je déteste les 60’s. Dans le même style, j’aurais préféré Dali. Ou pas. De toutes façons, je ne l’appelle jamais comme ça. En privé, je ne vous le dirai pas. En public, c’est Mimisiku. Cherchez pas.

Et c’est parti pour la traduction. Avé l’assent. Ou pas. J’arrive tant bien que mal à la fin de l’article en déclamant péniblement : “Questa stagione, dopo gli incontri di Palermo, la chiede sempre come quello e avvenuto per il gruppo, per me” dice Federico Balzaretti, il difensore di Palermo: “E un amico molto caro. Si passa anche molto tempo insieme in occasione delle raccolte del Squadra Azzura. Spere che andremo tutti all Euro 2012”. Il sourit et m’achève : “J’avais compris”. Okay, tu es bilingue, et en fait tu voulais tester mon italien. Qui est très approximatif. Voire carrément nul. Parfois, je le hais. Heureusement qu’il sait donner plusieurs sens à l’expression cours de langue

Mon smartphone n’arrête pas de biper. Je reçois des tonnes de textos mentionnant tous la même chose : « Grave amoureux ! », en référence à la déclaration d’un de ses coéquipiers dans l’Equipe. Encore un qui n’a pas su fermer sa grande bouche, et j’ai déjà une bonne liste de suspects. Il finit par prendre mon téléphone et regarder mes textos pour comprendre ce qu’il se passe. Oui, je l’y autorise. En même temps je regarde aussi les siens. C’est intime, oui, mais nous sommes intimes. C’est comme ça lalalala…. Je ne veux pas t’abandonner mon bébé.

Ceci dit, mieux vaut relativiser ce que dit la presse. Après tout, Emilie du 59153 était soi-disant enceinte, alors que pas du tout : comme dirait Julien Cazarre, si Jolie Poupée Ménez marquait un but à chaque fois qu’il tire, ça se saurait. J’aime bien Julien Cazarre. Il me fait rire. Et dans l’Equipe de ce matin, on apprend aussi que Pastore a perdu 3 kilos parce qu’il avait une gastro… trois kilos, pour cette raison, peu crédible à moins qu’il ait dévalisé le stock de chili con carne d’un mexicain pas très frais. Bon appétit bonjour, et mon estomac ne résiste pas longtemps à l’image mentale d’El Flaco se vidant par derrière. Beurk !

El Flaco, justement, qui reprend aujourd’hui l’entraînement avec un préparateur physique attitré, le gentil Denis. Tiens, aujourd’hui, le Dôme est à nouveau en place. Au programme, un atelier physique assez intense pour les joueurs de champ. La séance se termine sur un défi : l’équipe doit mettre cinq buts aux gardiens. Qui perdent. Et se prennent le tarif : et une série de pompes pour les quatre portiers, une !

Tout le monde est franchement mort de rire, même les gardiens. Sauf un, celui qui n’aime pas perdre. Et qui en bon perfectionniste, met un peu trop de sérieux dans l’exercice. Alors pour lui, Carlito corse le défi : non seulement il doit faire les pompes, mais avec moi en dessous, sans céder à la tentation. Il pleure. Et je fais évidemment tout pour qu’il cède… ce qui arrive naturellement, mais après la série, et ailleurs que sous l’œil de l’équipe. On a beau être sous un dôme, c’est pas Loft Story !

<- Episode 34 – Tous les épisodes – Episode 36 ->