Mots-clefs

, , , ,

Twitter a inventé un nouveau jeu : rendre chèvre la commission des sondages. Oui, ce jeu est débile. Mais oui, on adore ça.

Pourquoi ? Parce que la commission des sondages a décidé d’interdire la diffusion des résultats sur Twitter et de menacer les contrevenants de poursuites judiciaires. Rien que ça.

Dis monsieur de « La Commission », on peut avoir le deux-tons si on se fait pincer ? On a droit aux menottes à la DSK quand on viendra nous chercher ? Au journal de 20h avec les « Breaking News » ? Dis monsieur de « La Commission », tu ne crois pas que tu en fais un peu trop ?

Forcément, il y a des gens pour trouver que twitter les résultats avant l’heure fatidique -20h, qui correspond à la fermeture des derniers bureaux de vote- SAYMAL. Le problème, c’est que de toutes façons, la divulgation des résultats avant 20h existe. Fut même une élection –en 2002- où Canal + annonça bien avant 20h « une grosse surprise ». Ensuite, ça fait un bail que les sites internet des journaux belges et suisses balancent les résultats.

D’autre part, l’étude réalisée sur l’impact d’internet sur les choix politiques contredit l’idée selon laquelle Twitter pourrait avoir une véritable influence : elle précise en effet que le choix des électeurs ne se cristallisent pas grâce à internet, mais en premier lieu par la télévision et la presse écrite. Si l’on ajoute à cette étude le faible nombre de twittos, les modalités d’accès aux comptes -il faut être abonné à un compte pour le voir ou que le tweet ait été « retweetée par d’autres », ce qui en limite la portée- et que l’on mixe tout ça avec la proportion de gens allant voter après avoir lu le tweet… Bref, tout ceci relativise vraiment le poids de n’importe quel tweet potentiellement incriminé.

Enfin pour terminer, la loi de 1977 ne prévoit pas le cas de Twitter. Et désolé, mais on ne peut pas « estimer » qu’elle inclut ce réseau : il existe des différences entre médias, notamment sur le temps de parole (la télévision doit respecter l’équité parfaite, mais pas la presse écrite) et ce justement parce que le poids n’est pas le même.

Admettons que Twitter soit hyper méga giga influent sur l’intégralité du corps électoral… Quelqu’un peut-il expliquer à « la Commission » que si on est sur Twitter, on est obligatoirement un internaute suffisamment averti pour aller visiter D’ABORD lesdits sites de médias étrangers ? Oui, gars de « la Commission », Dès lors, comment pourrait-on estimer le pouvoir d’influence sur twitter par rapport aux informations diffusées sur ces sites ? Bref, on est dans l’ultra présomption (de culpabilité) uniquement parce que trois vieux mecs au look d’aéroports à mouches -même si j’adore les chauves- ont peur de l’internet mondial.

Ceci dit, il y a de quoi avoir peur, mais pas vraiment de la diffusion des résultats. Sache le, gars de « la Commission », l’internaute est plus malin que toi. Crois moi sur parole, les autorité de régulation, ça nous connaît. Tiens, Hadopi a tenté, et s’est déjà cassée le nez. J’en veux pour preuve les zéro dossiers passés à ce jour devant le juge. C’est bien de brandir les menaces, mais à force de crier au loup… Parce que vois tu, gars de « la Commission », à moins de tomber sur un crétin qui va publier tels quels les résultats, on sera forcément dans l’interprétation. Du coup, ça risque d’être très très compliqué d’appliquer « la règle ».

Comment pourrait-on condamner un internaute sur la base de sa liste de courses, à coup de 16 kgs de tomates ou de 500g de rhubarbe ? Car, cher ami de « la Commission », ce tweet peut-être sarcastique. risque-t-on pas de condamner des gens sur la base de rien, juste parce qu’ils auront voulu faire un peu d’humour ? L’applicabilité paraît donc fort compromise. Et si un twitto devait se faire pincer, il y aurait encore matière à poser de jolies questions prioritaires de constitutionnalité.

Non, gars de « la Commission », ce que tu dois plutôt craindre, ce sont les répercussions en terme d’images de toute cette histoire. Parce que mon gars, il faut qu’on t’explique : on se moque de toi et là, tu es ridicule. C’est le principe même de Twitter. Les geeks sont de petits animaux assez funky qui aiment se saisir d’un sujet, le faire buzzer, trouver les parades…. Jusqu’à avoir un autre jouet. C’est un grand terrain de jeu, Twitter.

Et là, pour l’instant, à J-2, on a envie de te faire tourner en bourrique, gars de « la Commission ». On veut que tu deviennes chèvre à te demander comment tu vas surveiller tous ces tweets qui vont s’échanger. Que tu scrutes les comptes sortis dans la presse en te prenant pour Chloe O’Brian, ce qui te permettra de vivre un instant ton fantasme d’être Big Brother.

On veut que tu deviennes parano derrière chaque message parce que nous autres, twittos, on n’aime pas trop les gens qui trouvent que l’internet mondial, SAYMAL. Ca nous amuse de te savoir tenter de décrypter des codes qui existeront finalement chez bien peu de twittos, faute d’accès à l’information de base. Un détail auquel tu n’as manifestement pas pensé.

Que veux-tu, la dérision est inscrit dans le code génétique du Twitto historique. Bref, on est en train de te faire une bonne blague de geek. Et toi, t’as encore rien compris à l’internet. Allez, courage…