Mots-clefs

, , , , , , ,

Le Capitole (Capitolinus Mons en latin, Campidoglio en italien) est l’une des sept collines de Rome. Ce fut le centre religieux et politique de la ville.

Galerie Photos

C’est la plus petite des sept collines de Rome, sur environ 460 x 180 mètres, elle se situe entre le Forum Romain et le Champ de Mars.

Ses abords étaient très raides sur presque tous les côtés excepté au sud avec un accès à la vallée du Forum. Du côté du fleuve se trouve la fameuse roche Tarpéienne, du haut de laquelle étaient précipités les traîtres à la patrie sous la Rome antique.

Cette physionomie en a fait la forteresse naturelle de la Rome des origines, bénéficiant d’une position stratégique entre voies de communications terrestres et fluviales. Une enceinte protégeait les lieux, on y accédait soit par la porte Stercoraria, soit la porte Fontinatis, ou bien par la porte Pandana avec un arc de Néron construit vers 60 ap J-C.

Il y avait une légère dépression sur la colline où fut construit l’Asylium, et plus tard le Tabularium, palais des Archives de Rome, qui fait face aux Forums impériaux.

Non seulement, ce fut le centre religieux de l’ancienne Rome avec les temples de Jupiter, de Junon et de Minerve, mais c’était aussi le centre du pouvoir de la Rome Républicaine et Impériale, où s’exerçait la puissance qui dirigeait l’Empire Romain.

Au retour des campagnes militaires, les généraux victorieux avaient coutume de gravir la colline pour y être acclamés du peuple.

L’édifice le plus prestigieux qui occupa les lieux fut certainement le temple de Jupiter. Les constructions furent soumises à de nombreuses destructions, reconstructions, modifications et déplacements pendant la longue période de la Rome antique. Entre autres constructions et de nombreuses statues, il y eu un atelier monétaire, l’Athenaeum – la première « université », un obélisque, un statue d’Hercule, …

Vue du capitole antique en arrière plan sur le tableau de David (1799).
Après l’enlèvement des Sabines par leurs voisins romains, les Sabins ont tenté de les reprendre : c’est cet épisode que David a choisi de représenter. Les Sabines s’interposent entre les combattants.

Le Temple de Jupiter Capitolin à Rome

Le Temple de Jupiter le très Bon et le très Grand, appelé aussi temple de Jupiter Capitolin était dédié à la triade capitoline (Jupiter, Junon et Minerve).

C’était le plus grand monument ayant existé sur le Capitole, il mesurait environ 53 x 63 mètres. La cellule du temple était triple : la centrale dédié à Jupiter et les deux latérales plus petites dédiées à Junon et Minerve.

Il fut le centre du culte de l’état romain et second la légende il fut érigée en concurrence au sanctuaire dédié à Iuppiter Latiaris sur le Mons Albanus, près d’Albe la Longue (cf: légende fondation de Rome). Devant le temple les cérémonies se déroulaient, ainsi que les assemblées solennelles du Sénat.

Sa fondation semble remonter au dernier quart du VIe siècle av.JC, et être l’oeuvre du roi Tarquin l’Ancien. Les travaux se continuèrent avec le roi Tarquin le Superbe, mais le temple fut inauguré le 13 septembre 509 av.JC. par Marc Orazio Pulvillo, un des premiers consuls républicains romains.

Le temple fut presque totalement détruit dans un incendie de 83 av-JC. et avec lui les Livres sibyllins qui y étaient conservés. La reconstruction en pierre fut décidée par Sylla, elle se termina en 69 av-JC.

Une restauration eu lieu en 75 sous Vespasien, après un incendie en 69 ap-JC. Un autre incendie eu lieu en 80, puis une autre restauration sous Titus et Domitien.

On a encore des échos historiques sur le temple à la fin du IV siècle. Aujourd’hui, in n’en reste presque plus rien.

La Place du Capitole aujourd’hui

Le Capitole est considéré comme le centre de Rome, ce qu’il est depuis l’antiquité où il était le centre du pouvoir et le cœur religieux de la cité avec plusieurs temples aujourd’hui disparus comme le temple de Jupiter (voir colline du Capitole).

Les Roi, Empereurs, et dirigeants de Rome ont au cour des siècles voulus marquer de leur empreinte ce lieu mythique, qui a connu ainsi beaucoup de bouleversements architecturaux où participèrent de grands artistes des diverses époques

L’actuelle place, élégante et harmonieuse à l’architecture renaissance, fut exécutée par Michel Ange à l’initiative du Pape Paul III (1534-1549). Elle est ouverte vers l’ouest, alors que dans l’antiquité elle donnait sur le forum.

Michel Ange réalisa l’escalier monumental, la place, recomposa les façades des palais, et construit un troisième palais (Palazzo Nuovo) en face du palais des Conservateurs (14e) avec un campanile. Ceux-ci sont identiques pour contribuer à l’harmonie de la place. Le Palais Sénatorial (12e) ferme la place là où la vue s’ouvrait autrefois sur le forum. L’ensemble abrite les musées du Capitole.

Au centre, la statue équestre de Marc Aurèle (120-180), de 2,7 m de hauteur, y fut transférée en 1538 depuis le Latran sur ordre de Paul III.

C’est une des rares statues de bronze rescapée de l’antiquité. L’original se trouve au musée, elle montre l’empereur en vainqueur des Germains, levant la main droite en signe de paix.

Dans le domaine artistique, cette oeuvre est considérée comme le modèle « parfait » de la statue équestre.

 

Au haut de l’escalier (la Cordonata) dont les balustrades sont ornées de marbres antiques, se dressent les statues colossales des frères demi-dieux Castor et Pollux, fils de Jupiter. En bas, deux lions égyptiens de basalte noir.

Les Palais du Capitole

Le Palais des conservateurs remplaça le siège des corporations (bâtiment du 14e). Il fut transformé par Michel Ange mais terminé par Giacomo Della Porta (1564-1568). Il abrita les Conservateurs qui étaient les officiers municipaux de l’urbanisme et de l’entretien des bâtiments.

Le Palazzo nuovo (Le Palais Neuf), est la copie du Palais des Conservateurs, il fut achevé par les frères Rainaldi (1603-1654). C’est le bâtiment historique du Musée du Capitole.

Le Palais des Sénateurs est le siège de la Mairie de Rome. Il a été construit au 13e siècle sur les fondations du tabularium. Les personnages de la fontaine devant la façade représentent le Tibre et le Nil.

Les musées du Capitole occupent le Palais neuf (Palazzo nuovo) et le Palais des conservateurs (Palazzo dei Conservatori). La collection de sculptures fut commencée en 1471 par le pape Sixte VI.

Le pape Clément XII créa en 1734 le premier musée public au monde dans le Palazzo Nuovo (1654) dessiné par Michel Ange.

En 1749, Benoit IV inaugura la pinacothèque du Palazzo dei Conservatori qui comprend des tableaux du Caravage, de Véronèse, du Tintoret, de Titien et de Van Dyck.

Informations

  • Musei Capitolini
  • Piazza del Campidoglio 1 – 00186 Roma
  • Tél 060 608 chaque jour 9h00-21h00
  • E-mail : info.museicapitolini @ comune.roma.it
  • http://www.museicapitolini.org
  • Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 20h en général (clôture des entrées à 19h).
  • 24 e 31 décembre : 9h00 – 14h00
  • Fermé le lundi. Fermé le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.
  • Tarif (entrée du musée et exposition) : plein 12 €, réduit 10€

Santa Maria in Aracoeli

En descendant de la place, le perron porte à l’église médiévale de Santa Maria in Aracoeli, basilique qui remonte au quatrième siècle.

Sur la colline du Capitole, l’église Santa Maria in Aracoeli fut construite principalement au XIIIe à l’emplacement de l’ancien temple de Junon Moneta. La légende prétend que c’est ici que la Sibylle de Tibur aurait prédit à l’Empereur Auguste l’avènement du Christ.

Elle remonterait même au IVe où un monastère occupait les lieux sur les fondation du temple.

Sa reconstruction en style roman gothique fut confiée aux Moines Franciscains en 1250 par Innocent IV. On remarquera sa façade de briques nues, probablement jamais terminée. Elle servit au conseil communal.

Un très bel escalier du XIVe siècle doté de 122 marches en marbre blanc, mène à l’église. Il fut réalisé après la peste de 1348.

L’intérieur remonte essentiellement au XVIe. Il abrite notamment une fresque du Pinturicchio sur la vie de Saint Bernardin de Sienne.

Vingt deux colonnes sont antiques et proviennent du Forum et du Palatin.

Le pavement au sol est remarquable, c’est un pavement Cosmatesque, réalisé par les Cosma, une corporation de marbriers du 12e siècle qui exerçait une technique particulière, consistant en l’incrustation de petits morceaux géométriques de marbre coloré.

Le plafond à caissons offert par Marcantonio Colonna évoque la victoire navale de Venise sur les Turcs à Lepanto en 1571, il est décoré de symboles de batailles navales.

Dans la chapelle Bufalini, le cycle de fresques de Pinturicchio réalisé en 1485 illustre la vie de Saint Bernardin de Sienne (1380-1444).

On remarquera aussi dans une chapelle, la copie d’un santissimo Bambino qui fut volé en 1994, un enfant Jésus miraculeux recouvert de pierres et qui aurait été sculpté dans le bois d’un olivier du jardin de Gethsemani à Jérusalem.