Mots-clés

, , , ,

5ansderéflexionVéritable droguée de l’écriture, je suis pourtant incapable de tenir un journal intime.

Lorsque j’écris, j’ai besoin d’une inspiration thématique, qu’elle soit issue de l’actualité, de la vie quotidienne, ou de mon imagination.

Si certains détails de ma vie personnelle peuvent éventuellement me donner des idées, il m’est en revanche impossible de me raconter.

J’ai pourtant essayé. Mais très vite, j’ai dû me rendre à l’évidence : mes écrits étaient plats, insipides, virant parfois à une large complainte tendance Déprime, qui ne reflète absolument pas mon caractère ni mon existence.

Forcément, lorsque l’on se raconte au quotidien, on ne dispose pas du recul nécessaire pour tirer une analyse or c’est dans cet exercice que je m’amuse le plus. Ou alors, dans l’invention d’une fiction basée sur la réalité et fonctionnant sur l’humour, comme mes feuilletons.

Pourtant, j’aimerais garder une trace de mes souvenirs, bons comme mauvais… Aussi, depuis quelques temps, je suis à la recherche d’ouvrages qui me permettront d’en dire plus sur moi, sans pour autant passer par l’épreuve fastidieuse de raconter ma journée.

C’est ainsi que j’ai trouvé 5 ans de réflexions. Doté d’un look « vieux bouquin », ce livre est un journal à remplir selon un principe simple : véritable agenda perpétuel, il pose chaque année, à la même date, la même question… Légère, philosophique ou drôle, chacune devra trouver une réponse pendant 5 ans : la même ou une autre !

Exemples de questions :
– Une expérience inédite ?
– Votre coupe de cheveux ?
– La dernière fois que vous vous êtes senti au top ?

J’aime le concept. J’aime cette idée de pouvoir me voir évoluer. J’aime savoir pouvoir le relire dans 10 ans. J’aime me dire qu’il évoque aujourd’hui des problèmes de santé qui n’existeront probablement plus d’ici à ce qu’il soit terminé.

J’aime aussi imaginer que peut-être, lorsqu’il sera terminé, j’en achèterai un nouvel exemplaire pour perpétuer l’exercice. J’aime enfin penser que ce journal pourra raconter un peu de moi. Qui sait ?