Mots-clefs

, , ,

aventureJ’ai souvent évoqué ici mes problèmes de dos : un disque écrasé tout en bas de la colonne, à la suite d’un accident de sport quand j’avais 15 ans, et une hernie discale en L5-S1.

Depuis 5 ans, je vais de crises en crises, sans réelle action de fond pour résoudre le problème. J’ai pourtant rencontré plusieurs chirurgiens, mais personne ne veut m’opérer.

La raison ? Je suis trop grosse. Depuis 5 ans, j’ai découvert que notre médecine est profondément anti-gros. C’est assez amusant quand on sait que mon surpoids provient de la médecine, qui m’a mise au régime à l’âge de 10 ans, dans les années 80, parce que j’avais un gros cul par rapport au reste. Et non, je n’étais pas grosse. J’avais juste une forme non homogène.

Au cours des 15 années qui ont suivi, j’ai perdu des centaines de kilos. Mais je les ai systématiquement repris avec un cadeau Bonus : 10% de poids en plus. A la longue, je suis en effet devenue vraiment grosse… Et aujourd’hui, le qualificatif est juste. Et il m’exclue d’une partie des soins accordés aux autres patients.

En clair : si je veux qu’on soigne mon dos, je suis obligée de perdre mon surpoids avant. Il va de soi qu’il est absolument hors de question que je refasse un régime, cet acte criminel qui me fait reprendre systématiquement du poids en plus. Je pourrais faire un rééquilibrage alimentaire mais vu le temps que cela me prendra –deux bonnes années- je vais souffrir longtemps le martyr au niveau de mon dos.

C’est pourquoi mon médecin m’a proposé de faire une chirurgie bariatrique, la chirurgie des gros. Donc de me faire poser un anneau ajustable, ou de réaliser une sleeve ou un bypass. Jusque-là, je n’étais pas fermée à l’idée, mais assumant mon corps, j’avais un peu de mal à imaginer toucher à quelque chose à l’intérieur de moi juste pour céder aux diktats de la société et à son racisme anti-gros.

Aujourd’hui, la question est toute autre. Perdre beaucoup de poids pourrait suffire à atténuer voire supprimer la douleur. Et si ça ne suffisait pas, je deviendrais éligible à une chirurgie du dos. Ne supportant plus mes douleurs dorsales, il me semble intelligent de tenter l’expérience. Voilà pourquoi je me lance dans ce que j’appelle La Grande Aventure !