Mots-clefs

,

Piqure8 jours ont passé depuis l’opération. A la pesée du jour : moins 7 kg. Et pourtant, je suis en période de repos intense, je n’ai pas d’activité. Aussi, je ne perds ces jours-ci, depuis que je mange, que 300 à 500g par jour.

Naturellement, je respecte le protocole alimentaire qui m’a été indiqué. Je mange fractionné, 5 à 6 fois par jour, pour un total de 500 à 650 calories suivant les jours. Ce midi, en 3 jours et demi, j’avais ingéré 1860 calories… l’équivalent d’une journée normale pour une femme de mon âge. Cela peut sembler peu et pourtant, je n’ai pas faim. Jamais. C’est même un souci car je dois impérativement respecter le protocole, et donc me forcer. Du coup, je ne termine pas systématiquement mes plats.

Peu à peu, je m’habitue à ces journées d’un nouveau genre car à chaque heure, je dois faire quelque chose : manger ou boire. Ce planning ne facilite pas la récupération : encore très fatiguée, j’ai vraiment besoin de repos. Je privilégie donc les très longues nuits.

Côté nourriture, j’ai vraiment envie de salades. Je rêve d’une petite mixture composée de salade verte, de tomates et d’avocat, avec un peu d’huile d’olive et un filet de citron. Mais pour l’heure, je dois en rester au mouliné. Du coup, j’envisage de faire quelques courses en fin de semaine pour diversifier un peu les saveurs, quitte à mouliner des plats déjà constitués. J’ai également envie de fruits : je donnerais beaucoup pour pouvoir déguster une pêche ou un abricot. Je n’imaginais pas que ce serait si compliqué.

Techniquement, les cicatrices sont un peu douloureuses, mais c’est largement supportable. J’ai encore un peu mal au trou d’où sortait mon drain. J’ai changé le pansement et nettoyé la plaie, mais je ne suis vraiment pas la reine des soins infirmiers. Je verrai donc mon médecin demain pour un bilan plus complet. D’autant que j’ai toujours mal au dos et que l’un de mes deux médicaments m’a été supprimé.

Et chaque soir, mon frère vient me faire ma piqûre d’anticoagulants. Si lundi la première n’a pas été très assurée –il m’a enfoncée l’aiguille comme un bourrin, comme à la télé, occasionnant un énorme hématome- depuis, je ne sens plus ni l’aiguille, ni le produit. C’est devenu un pro !