Mots-clefs

,

vitaminesDimanche soir. Comme chaque semaine, je prépare les piluliers. Celui de Caramel, avec son médicament pour la peau –qui marche super bien- et sa pilule pour le cœur : eh oui, il vieillit.

Et puis mon propre pilulier : aucun médicament, mais une multitude de vitamines prescrites depuis l’opération. Résultat, il déborde !

Pourquoi ? Le bypass constitue une réduction de l’estomac, qui nécessite de rebrancher l’intestin plus bas. Conséquence : une partie des nutriments n’est plus assimilée. Or ceux-ci sont indispensables à l’organisme pour fonctionner correctement. Dès lors, il est indispensable d’ingérer ces nutriments sous une autre forme. A vie.

Ainsi, m’ont été prescrits les compléments alimentaires suivants :

  • Azinc : bétacarotène, vitamine A, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, D3, E, Calcium, Chrome (rien à voir avec Google), Cuivre, Fer, Manganèse ( ??), Molybdène ( ??), Sélénium, Zinc
  • Orocal : calcium, vitamine D
  • Tardyféron : fer, acide folique
  • Vitamine B12 Delagrange : comme son nom l’indique
  • Zyma D : vitamine D
  • Cholurso : acide biliaire

Je dois également prendre pendant un long moment du Protifear. Il s’agit de protéines, sur le même principe que prennent les sportifs, mais pas pour le même usage : pour ma part, il s’agit de s’assurer que je dispose de suffisamment de protéines pour maintenir mes muscles car en perdant du poids, mes muscles risquent de fondre.

Ce serait en effet très embêtant si mon cœur, qui est un muscle, venait à fondre… Ces protéines ne seront pas à consommer à vie, simplement le temps de la perte de poids.