Mots-clefs

, , ,

Sans titre - 2Mercredi 13 août. 28ème jour après l’opération et toujours le même problème : je n’ai pas faim et mon estomac déclare rapidement la fin des festivités.

Du coup, je dois me battre avec moi-même à chaque repas pour ingérer la dose prescrite.

Pour le petit-déjeuner ou pour les collations, tout va bien. Je me nourris d’une dose de 100g, qui passe parfaitement bien, quelle que soit la forme de l’alimentation : minis BN à la fraise au petit-déjeuner, crème à la vanille et sorbet l’après-midi, fruit le soir. Faim ou pas, j’arrive à respecter le menu.

En revanche pour le déjeuner et le dîner, c’est une toute autre histoire. Je suis censée manger un repas constitué de 50g de protéines + 50g de légumes + 50g de féculents. Et là, c’est le drame : au bout de 2 bouchées, j’ai l’estomac plein. Soit bien avant d’atteindre les 100g !

Quel que soit le plat, c’est toujours la même histoire : bien que je mange très doucement et que je mâche bien les aliments, je cale après deux bouchées. Du coup, je suis obligée d’instaurer une pause dans le repas, avant de terminer. Si je ne suis pas obligée de terminer mon assiette, je ne peux en effet pas me contenter de deux bouchées.

Voilà comment les repas sont devenus désagréables : comment passer un bon moment, si je dois systématiquement me battre ? Pour l’instant, je n’ai pas pu résoudre l’équation. Mais qui sait, peut-être que mes lasagnes maison résoudront la question…