JuppéDes années que j’attendais ce moment, et c’est enfin arrivé : Alain Juppé s’est engagé pour la première étape de la présidentielle de 2017, en se déclarant candidat à la primaire de droite en août dernier.

Enfin, le meilleur d’entre nous a pris ses responsabilités. Chiraco-juppéiste depuis toujours –on me l’a assez durement reproché !- je compte naturellement parmi ses plus fidèles soutiens.

Tout le monde sait qu’Alain Juppé est un homme brillant. Hier, dans Conversation secrète, la nouvelle émission de Michel Denisot, les téléspectateurs ont pu découvrir un homme apaisé, calme, lucide, précis dans ses réponses, animé par un désir d’aider la France, loin des querelles politiciennes. Un homme d’Etat totalement prêt à assumer la charge.

Reste à convaincre. Et Alain Juppé entend revenir aux fondamentaux. La communication à outrance n’est pas l’alpha et l’oméga de la politique : s’il est impossible de s’en passer, afin de véhiculer le message, il est impératif de s’appuyer sur un socle d’idées et de développer un programme. Loin des formules choc, il entend proposer des réformes de fond, qu’il détaillera au fil de sa campagne. Pour les premières, vous pouvez le regarder demain, jeudi 2 octobre, dans l’émission Des Paroles et des Actes, en prime time sur France 2.

J’entends déjà poindre les critiques sur son âge, sous prétexte qu’il aura 72 ans en 2017. Et ? A l’heure où les gens vivent de plus en plus vieux, quel est le problème d’avoir un président septuagénaire, tant qu’il est en forme et capable d’exercer ? L’âge d’Alain Juppé présente au contraire deux avantages. D’une part, il fait figure de sage et sa sérénité le démontre.

Mais surtout, il prévient d’emblée que s’il est élu, il ne fera qu’un seul mandat. Autrement dit : il pourra se permettre de faire des réformes impopulaires, car il ne sera pas obsédé par sa réélection. C’est exactement le profil qui convient à la situation actuelle de notre pays.

Permanente à l’UMP jusqu’en 2005, j’ai eu l’occasion de l’avoir pour président. D’approcher la méthode Juppé. De découvrir au plus près l’intelligence politique et l’ouverture d’esprit. D’appréhender la nécessaire rigueur face aux responsabilités.

Aujourd’hui, j’ai la conviction que la France a besoin de lui. C’est pourquoi je m’engage dès maintenant à le soutenir dans le cadre de la primaire à droite. In Juppé I trust !