Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Après UMP, un univers impitoyable et Bal tragique à l’UMP, Le tsunami, chronique secrète d’une année politique pas comme les autres (Plon) est la troisième collaboration entre Jean-Baptiste Marteau et Neila Latrous, tous deux journalistes politiques spécialistes des droites françaises.

Après avoir raconté les coulisses de l’UMP dans le premier puis la rocambolesque élection à la présidence de l’UMP en 2012 dans le deuxième, ils se sont cette fois attelés à suivre ensemble, chacun pour leur média respectif (France 2 et BFM TV) la campagne présidentielle de 2017.

L’intérêt de cet ouvrage réside dans ce choix : celui de suivre à deux, chacun pour son média, la même campagne présidentielle, auprès du même candidat. Journalistes embarqués en immersion dans celle de Marine Le Pen, Jean-Baptiste Marteau et Neila Latrous ont vécu de l’intérieur les multiples rebondissements de cette campagne. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a secoué !

Ce troisième opus m’a semblé plus abouti que les précédents. Peut-être parce qu’il a été envisagé comme un livre dès le départ de cette aventure présidentielle. Peut-être aussi parce que les auteurs ont gagné en maturité. Peut-être enfin parce que cette année présidentielle fut complètement dingue. Ou alors, pour toutes ces raisons.

Quoi qu’il arrive, je vous le conseille : ce livre vous séduira à la fois par le rappel des épisodes d’une année politique pas comme les autres, mais aussi par le recul qu’il prend sur ce qu’est une campagne et comment elle est menée, tant par les professionnels de la politique que par les journalistes chargés de la relater.

Ce qui leur permet d’obtenir des off intéressants et donc, un éclairage nouveau sur certaines personnalités, comme Nicolas Sarkozy. En off, le président se déclare favorable à la GPA, ce qui est tout de même l’inverse de ses positions de meeting. De telles informations apportent un éclairage capital sur la présidentielle de 2017 et sur les stratégies choisies. Nicolas Sarkozy a fait le pari d’une dérive à droite pour retenter le hold-up de 2007, alors que ses propres convictions sont bien plus progressistes.

Pas de chance pour lui, c’est un candidat progressiste qui sera élu. Soyons honnêtes : à droite, Juppé avait préempté la thématique du progressisme. Et je reste persuadée que si Juppé l’avait emporté à la primaire, Macron n’aurait pas gagné la présidentielle. Ça n’est en effet qu’après sa défaite qu’il a repris et incarné bon nombre de ses idées… jusqu’à nommer à Matignon un de ses proches ! Dans cet ouvrage, les auteurs démontrent que finalement, lors de la présidentielle 2017, Nicolas est resté prisonnier de Sarkozy.

Autre élément passionnant, la campagne de Marine Le Pen. Les deux journalistes ont délibérément demandé à la suivre et à les lire, ils ont eu raison. Parce que si le Front National occupe aujourd’hui une place de poids sur l’échiquier politique, il reste mal connu des Français. Pouvoir le décrypter restait donc un exercice intéressant. A force d’anecdotes que les lecteurs auront plaisir à découvrir, Neila Latrous et Jean-Baptiste Marteau dépeignent un parti resté amateur dans sa gestion et de fait, incapable de mener une campagne électorale.

Que ce soit par pure paranoïa ou par incompétence, le parti de Marine Le Pen ne sait pas organiser des événements -hormis peut être le happening chez les Good Year dans l’entre-deux tours- et encore moins communiquer autour de sa campagne. Cet amateurisme éclatera aux yeux de tous lors du débat de l’entre-deux tours, pour lequel la candidate du FN n’a pas su se préparer. Comment alors espérer l’emporter ? Les deux journalistes ont parfaitement su montrer, au fil des pages, que ces failles organisationnelles portaient en elles les germes de la défaite. Tant que le FN ne se professionnalisera pas, les portes du pouvoir lui resteront fermées.

Enfin, les deux auteurs ont su prendre de la distance sur ce qu’ils ont vu dans cette campagne, sur ce qu’on leur a dit, sur leurs conditions de travail, sur les contradictions des candidats, sur leurs relations avec les candidats. Au fil des pages, ils racontent ces coulisses avec beaucoup de distance et livrent une vision mature et sans fausse naïveté de leur métier.

Pour toutes ces raisons, Le tsunami, chronique secrète d’une année politique pas comme les autres m’a passionnée. Je ne peux que vous encourager à vous le procurer et le lire au plus vite !

Références : Le Tsunami, Chronique secrète d’une année politique pas comme les autres, Jean-Baptiste Marteau & Neila Latrous, Ed. Plon, 2018, 316 pages.