Au camp des Loges… (3)

En ce mercredi, il fait très froid, mais le public se presse nombreux au Camp des Loges : pas moins de 150 personnes ont fait le déplacement, dont de nombreux enfants. Difficile, du coup, de se frayer un chemin dans le minuscule espace prévu pour les supporters.

Sur la gauche, les gardiens réalisent leur entraînement spécifique pendant qu’au loin, sur le second terrain, le reste du groupe s’échauffe : courses, sauts, étirements… Difficile de suivre les exercices sans jumelles !

Le groupe rejoint ensuite le terrain le plus proche des installations –et donc du public- pour un travail sur les oppositions, les passes, et le jeu.

Sous la direction de Carlo Ancelotti, et avec la participation à leurs côtés de Claude Makelele, les joueurs fournissent une intense séance de travail.

Le jeu est relevé, l’entraînement est intense, et les joueurs ne se font aucun cadeau.

Sakho n’hésite pas à tirer le maillot de Guillaume Hoarau, en se battant pour conserver le ballon Néné glisse, et Bahebeck assène un coup de genou involontaire à Pastore, qui se tord un instant de douleur.

Puis les joueurs se dirigent à nouveau vers l’autre terrain, sur lequels ils effectuent un exercice de passes et de tirs immédiats, avec une montée en puissance sur le but dans la lancée.

Les gardiens, eux, se mettent à tour de rôle dans les cages, le temps de deux tirs.Tout va très vite, c’est un exercice de précision dans le feu de l’action.

Blaise Matuidi est le premier à rentrer, à l’issue de sa séance spécifique. Diego Lugano, quant à lui, n’a pas participé à l’entraînement

Alors que les joueurs rejoignent le vestiaire, Gilles Bourges conserve encore ses gardiens pour poursuivre les exercices, et notamment faire travailler les dégagements à Salvatore Sirigu et Nicolas Douchez.

Enfin comme d’habitude, à l’issue de l’entraînement, de très nombreux joueurs viennent saluer les courageux supporters qui ont bravé le froid durant de longues heures pour les attendre : se succèdent ainsi Gameiro, Bodmer, Jallet, Kebano, Chantôme, Douchez, Areola, Sakho, Bisevac, Camara, Néné, Sissoko, Maxwell, et Ménez.

L’occasion pour tout le monde de poser avec les joueurs, et de faire signer les maillots.

Comme toujours, Néné remporte la palme du joueur le plus cool, le capitaine Sakho illumine les yeux des fervents parisiens,

Gameiro étonne par sa gentillesse.

Maxwell découvre l’ambiance, il va falloir se mettre à l’espagnol ou au portugais pour échanger plus facilement avec le brésilien.

Mais surtout, Ménez vient signer, ce qui est rare, et reste vraiment longtemps, ôtant son bonnet chaque fois qu’un supporter le lui demande pour poser avec sa crête… avant de le remettre de peur d’attraper froid.

Il faut dire que ceux qui ont le privilège de le voir ont attendu jusqu’à la tombée de la nuit… Le dernier à sortir sera Lugano, resté longuement en soins, mais l’uruguyen arrêtera tout de même son véhicule pour faire plaisir aux supporters.

Toutes les photos

Au camp des Loges… (2)

Jeudi 12 janvier. Il fait beau sur Saint-Germain, le jour idéal pour rejoindre la soixantaine de supporters qui se pressent devant le Camp des Loges. La presse aussi a fait le déplacement en nombre, pour ce premier entraînement ouvert sous l’ère Ancelotti.

Au menu du jour, une séance spécifique pour les gardiens, qui s’entraînent sous nos yeux.

L’occasion de découvrir Ronan Le Crom, engagé pour un essai de deux semaines, et qui sera engagé pour la fin de la saison à l’issue de cette séance, mais aussi Salvatore Sirigu, qui fête aujourd’hui ses 25 ans.

Gilles Bourges commence la séance par un tennis ballon, remporté 5-4 par l’équipe de Salvatore Sirigu. Il enchaîne ensuite par un travail sur les arrêts et les dégagements.

L’entraîneur attend des gardiens une certaine rapidité d’action, et de la précision.

A noter que l’entraînement se fait intégralement en français, et avec un vocabulaire précis que n’a aucun mal à comprendre Salvatore Sirigu, décidément complètement bilingue.

Blaise Matuidi, de son côté, reprend l’entraînement en douceur.

Toujours blessé, le joueur réalise un footing, sous le contrôle de son coach particulier. De l’autre côté du terrain, le groupe est divisé en deux.

Sur un terrain, Carlo Ancelotti dirige une séance et sur l’autre, c’est Paul Clement qui dirige les opérations.

Au menu, travail des oppositions… et des langues ! L’adjoint s’exprime tour à tour en français, en italien et en anglais.

Les parisiens se donnent à fond. Le jeu est intense, rythmé par les coups de sifflets et indications de Paul Clement.

L’entraînement s’achève par des étirements, et un temps de récupération.

A l’issue de la séance, nombreux sont les joueurs à s’arrêter pour rencontrer leurs supporters. Comme toujours, Gameiro est adorable, Bodmer aussi, mais le plus sympathique est incontestablement Néné, qui reste longtemps discuter avec ceux qui ont fait le déplacement.

A moins que ce ne soit Salvatore Sirigu. Timide et étonné face à la ferveur qu’il déclenche, le gentil gardien se plie de bonne grâce aux multiples demandes… tout ému que le public lui souhaite son anniversaire.

Toutes les photos