Eva Joly sous tutelle*

Rien ne va plus dans la galaxie verte. L’accord avec le PS a donné lieu à des tensions, qui se sont traduites par de sérieux couacs en matière de communication. Puis la candidate verte a tout bonnement disparu… avant de voir son porte-parole démissionner.

Tout ceci était pourtant prévisible. EELV est un parti jeune, né du courant écologiste et de la fusion entre le mouvement écologistes constitué pour les européennes de 2009 et les régionales de 2010, et élargi au-delà des seuls politiques écologistes à des personnalités issues de la société civile, et le parti des Verts.

Du rêve de la société civile…

Les bons scores enregistrés par le parti lors de ses élections laissent présager d’un poids mouvement écologiste dans l’opinion, ce qui donne des ailes à EELV. Mais attention, tout ceci restait très relatif : le score obtenu à une élection à la proportionnelle ne présage en rien de la réussite des candidats du même parti au scrutin uninominal et ça, les Verts le savent bien. D’où l’idée de conclure un accord avec le PS.

Et c’est là que les ennuis commencent. Comment conclure un accord programmatique alors même que l’on souhaite porter une voix singulière dans la campagne présidentielle, en présentant un candidat écologiste ? Daniel Cohn-Bendit avait bien anticipé le problème, et plaidait pour l’absence d’un candidat vert au premier tout, en échange d’un accord politique très fort.

Mais les Verts sont tenaces. Certains de leur force, ils n’ont pas voulu renoncer à la mère des batailles. Mais n’ont rien fait pour se retrouver dans de bonnes conditions pour la mener. Ainsi, Cécile Duflot, présidente du parti, n’a pas voulu y aller. Les politiques écologistes ont renoncé, laissant la place à la société civile, très heureuse de se frotter enfin à la politique qu’elle ne cessait de commenter, de Philippe Mérieux à Eva Joly.

Mais voilà, la société civile a ses limites, et la première d’entre elle reste sa méconnaissance des appareils politiques. Certes, il est beau de rêver à la manière dont on portera le plus haut possible l’étendard de ses convictions, mais les questions de boutiques sont toutes aussi importantes… Sinon, pas de parti, pas de candidature, pas de convictions à porter dans la bataille. Et cela, Eva Joly l’a sous-estimé.

… à la réalité de la vie politique

Aujourd’hui, les Verts traversent une très mauvaise passe. Non pas parce qu’il est fréquent que le candidat des Verts n’aille pas au bout du chemin. Mais pour d’autres raisons qui tiennent en réalité à l’incompatibilité flagrante entre le choix d’une candidate issue de la société civile, et les accords de boutique purement politiciens convenus entre les partis. Et ces intérêts sont incompatibles.

Oui, Eva Joly dispose d’une personnalité propre. Au-delà de la thématique classique du nucléaire, elle apporte à EELV un positionnement fort sur les institutions, l’éthique en politique et la nécessaire régulation du monde de la finance. En ce sens, elle donne une identité à son combat présidentiel, et entend bien porter sa voix au plus haut.

Mais est-ce l’intérêt du parti ? EELV doit avant tout penser à sa survie financière. Comme Marianne l’évoquait, le parti est au bord de la faillite. Parce que la vie politique coûte cher en matériel, meetings, conventions diverses et variés, salaires des permanents, frais de fonctionnement. Et ce qui assure les ressources d’un parti n’est lié aux adhésions et dons que dans une très faible proportion.

Ce qui permet à un parti de disposer de ressources, c’est son accès à l’aide publique d’Etat. Définie par l’article 9 de la loi du 11 mars 1988 relative à la transparence de la vie financière, elle accorde aux partis politiques un financement par voix obtenue sous réserve d’avoir  présenté lors du plus récent renouvellement de l’Assemblée nationale des candidats ayant obtenu chacun au moins 1 % des suffrages exprimés dans au moins cinquante circonscriptions sur le territoire (hors cas particulier des Dom-Tom).

En clair, chaque parti qui obtient 1% des voix dans 50 circonscriptions différentes est assuré d’obtenir un financement. Pour mémoire, cette manne se chiffrait à 1,67 euros par voix sur la dernière mandature (moins l’amende pour non respect de la parité). Même si le gouvernement a annoncé son intention de réduire cette aide de 5% dans son plan de rigueur, la voix devrait rapporter aux alentours de 1,59 euros lors des prochaines législatives.

Face à un parti en faillite, on comprend mieux pourquoi la priorité des Verts portait sur un accord visant à obtenir des candidats dans 60 circonscriptions… La condition de 50 circos étant dépassée, et l’accord permettant de s’assurer d’y dépasser les 1%, il ne faut pas être grand mathématicien pour comprendre qu’EELV récupèrera beaucoup d’argent pour les cinq années à venir : de quoi assainir ses finances mal en point, et préparer l’avenir.

L’écologie à l’épreuve du pouvoir

Certes, cet accord se fait au prix de couacs idéologiques et programmatiques. De deux choses l’une : soit EELV dispose d’un poids suffisant dans la vie politique, et parvient à convaincre les citoyens en toute indépendance programmatique, ce qui lui assurera un grand nombre de voix que le parti obtiendra tout seul dans les circonscriptions. Au scrutin uninominal c’est aléatoire, même si EELV peut espérer dépasser les 1% partout… mais cela rapportera bien moins avec des candidats du PS en face, qui eux mangeront un grand nombre de voix dans ces circonscriptions.

Soit pour survivre, le parti cherche à garantir ses finances, et accepte de passer des accords qui heurtent l’idéologie des gens de la société civile et potentiellement des citoyens, qui ne connaissent pas les arrière-cuisines du financement de la vie politique –défini par la loi-, mais qui assurent, par la survie du parti, le maintien d’une offre politique différente, reculant ainsi un peu plus l’arrivée du bipartisme. C’est aussi un noble combat que le pluralisme.

Dans cette histoire, tout le monde a perdu en crédit, et le PS comme les Verts sont empêtrés dans la nasse de cet accord. Et nombreux sont les fautifs. Naturellement, il est malheureux qu’une candidate à la présidentielle soit à ce point obtuse sur son idéologie, et mette tout le monde dans une position délicate au motif qu’elle connaît mal un système que pourtant tout politique se doit de maîtriser. Comment peut-on sérieusement être candidat à la fonction suprême sans connaître le fonctionnement de la vie politique ?

Eva Joly ne comprend tellement rien à cette thématique pourtant vitale pour les formations politiques que son attitude autiste lui coûte aujourd’hui la démission de son porte-parole, Yannnick Jadot. Un abandon qui ne doit rien au hasard. Selon Le Point, 50% des adhérents des Verts dépendraient financièrement du parti. Pas question pour eux de laisser la candidate mener le parti à la morgue.

Mais les Verts ne sont pas exempts de reproches : si on en est là, c’est bien parce que les politiques écologistes se sont dérobés, et qu’il a fallu aller chercher un candidat au sein de la société civile, qui, en outre, n’a manifestement pas été formé à ces questions. Le parti, qui ne vient pas de découvrir sa situation financière, aurait au moins pu s’assurer d’une bonne information des candidats à ce sujet !

Enfin le PS n’a pas été bien malin. Si les bases d’un accord pouvait être négociées dès maintenant, sa finalisation n’aurait du intervenir qu’en toute fin de processus, c’est-à-dire juste après la présidentielle. Cela aurait évité de mettre tout le monde en porte-à-faux sur la thématique du nucléaire. D’autant que soyons sérieux : le calendrier de sortie ou de réduction de la dépendance au nucléaire sera soumis à des impératifs techniques qui n’ont aucune relation avec de simples effets d’annonce comptables… ce qui relève de la pure politique politicienne.

Alors, Eva Joly renoncera-t-elle -comme d’autres avant elle- en restant arc-boutée sur ses convictions idéologiques, qu’elle n’aurait de toutes façons pas été en mesure de porter jusqu’à l’Elysée ? Ou ira-t-elle au bout, ce qui l’obligera à se transcender en politique, et intégrer les règles du jeu, quitte à sacrifier un peu de son idéologie ?

Quoi qu’il arrive, EELV, qui s’inscrit dans une stratégie d’avenir, en choisissant de garantir ses finances et un groupe à l’Assemblée pour y défendre ses idées, sortira de la tempête, grâce à cet accord. Reste à savoir combien le parti y laissera de plumes, et donc de voix, dans la bataille : c’est encore Eva Joly qui, par son attitude, détient la clef de cette question.

Afin de limiter les dégâts, la candidate écologiste sera dès jeudi entourée d’une nouvelle équipe de campagne et d’un conseil politique, officiellement pour sauver le soldat Eva et ne pas la laisser seule : doux euphémisme ! Ou quand la politique reprend ses droits sur la campagne : pour les Verts, les velléités de la société civile n’ont que trop duré.

*Papier publié sur Marianne à cette adresse

Le jeu dangereux d’EELV

Depuis un moment déjà, EELV fait monter la pression à propos d’un éventuel accord avec le PS.

Les deux partis cherchent à établir un accord pour 2012. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas gagné… et que les écologistes pourraient y laisser quelques plumes.

On avait déjà assisté, fin septembre, au jeu douteux de Jean-Vincent Placé, négociateur des écologistes au Sénat, pour tenter d’obtenir des socialistes des postes, en se livrant à un chantage visant à éventuellement refuser de soutenir Jean-Pierre Bel à la présidence du Sénat, ce qui aurait pu permettre à la droite de l’emporter, malgré un nombre de sièges inférieur à celui de ceux remportés par la gauche. Fort heureusement, le négociateur avait retrouvé ses esprits… mais l’épisode avait laissé quelques traces sur l’image des écologistes, capables apparemment de toutes les excentricités pour se Placé placer.

Cette fois, c’est Eva Joly qui s’y est collée, lançant, avec toute la finesse d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, rien de moins qu’un double ultimatum aux socialistes. Sur la date de l’accord, qui doit intervenir, aux yeux de EELV, avant le 19 novembre, date de leur conseil fédéral. Et sur le sort du projet d’EPR à Flamanville (Manche) qu’il convient impérativement d’arrêter. CE qui n’a pas manquer d’agacer l’entourage de François Hollande, et notamment Michel Sapin : « Il ne saurait y avoir d’ultimatum sur une date qui a été fixée par les deux partis », tout en rappelant la « volonté commune » d’aboutir à un accord à la mi-novembre. Ou comment la candidate écologiste s’est faite vertement tancer.

Cécile Duflot, plus mesurée, va de plateaux télé en studios radio pour indiquer que son mouvement campe sur ses positions, à savoir obtenir au minimum un engagement sur l’arrêt du chantier de Flamanville, indiquant que la sortie du nucléaire était une question de « courage politique ». Aujourd’hui, personne n’est certain d’un accord entre les deux partis.

Reste que ces manières fort cavalières pourraient coûter cher aux écologistes. Si Yves Cochet se permet de railler François Hollande, qui selon lui jusqu’ici « ne rassemble que le Parti Radical de Gauche », il semblerait que les leaders d’EELV se surestiment un tout petit peu. Imaginons un peu qu’il n’existe pas d’accord entre le PS et EELV, serait-ce une catastrophe nucléaire (ah ah) ?

Déjà, que proposent les écologistes, et en échange de quoi ? EELV ne propose absolument pas l’union de la gauche, puisque EELV présente une candidate à l’élection présidentielle. Qui plafonne aujourd’hui à 4,5 % selon un sondage Ifop et à 5% selon un sondage BVA, tous deux du 8 novembre. Pour l’instant, la candidature d’Eva Joly ne décolle pas.

Ensuite, au second tour, imagine-t-on les écologistes soutenir la droite ? Laissez moi rire… Quant à imaginer un appel à l’abstention, il est peu probable qu’il serait suivi par les électeurs. François Hollande tient en effet au bout du bulletin une chance de faire gagner la gauche, aussi il est illusoire d’imaginer que les électeurs suivraient un caca nerveux des écologistes au risque de faire gagner Sarkozy. A un moment donné, il serait assez intéressant que les écologistes cessent de prendre leurs électeurs pour des godillots sans aucun libre arbitre.

Quid des législatives, alors ? Une fois encore, EELV semble surestimer son poids. Jusque là, les écologistes n’ont obtenus que peu d’élus au scrutin uninominal à deux tours –et à ce que je sache, même si ça n’est peut être plus pour longtemps, c’est encore le mode de scrutin des législatives- aussi s’ils en veulent plus, il va falloir être gentils. En effet, le PS n’est pas dans la situation de 1997, où il avait conquis le pouvoir lors des législatives anticipées, ce qui avait nécessité de construire une majorité plurielle, faute de disposer de la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Si le PS l’emporte lors de la Présidentielle de 2012, il devrait bénéficier d’une vague rose, et disposer à lui seul de la majorité absolue à l’Assemblée. Aussi, il n’a pas nécessairement besoin d’un accord avec les écologistes, qui de toutes façons ne seront pas en mesure d’emporter suffisamment de sièges pour espérer se poser un arbitres. Quand on négocie, il faut tenir compte du poids réel que l’on pèse au regard du mode de scrutin de l’élection visée… Mais naturellement, EELV est prêt à tous les chantages : s’il n’y a pas d’accord, ils pourraient se venger au sein des exécutifs locaux, là où leur poids est plus probant.

Pour toutes ces raisons, les écologistes seraient bien inspirés de se calmer, d’arrêter de se prendre pour les arbitres qu’ils ne sont pas dans les élections de 2012, et de cesser de jouer les sales gosses immatures, à coup de chantage politico-affectif assez proche du hold-up démocratique, ce qui reste peu reluisant pour l’image de la vie politique. S’ils veulent se placer dans l’opposition au PS au nom de leurs valeurs, c’est tout à fait audible : qu’ils le fassent ! Et assument alors le score qu’ils feront alors, et la responsabilité qu’ils porteront. C’est ça, une élection.

Ou comment EELV se pose en champion du monde pour donner des leçons de comportement politique aux autres, tout en étant incapable de se montrer exemplaire en la matière. Cette attitude politico-politicienne ne mérite rien de moins qu’un carton rouge !