Ca sent les vacances… mais le combat continue !

Dimanche 9 avril, 15h. Place de la République, les manifestants affluent pour ce sixième rassemblement organisé à l’appel de nombreux collectifs, dont Halte au blocage.

Il fait beau, le siège de la CGT n’est pas très loin, mais ici, l’ambiance est bon enfant. Point de casseurs, juste des étudiants motivés pour reprendre des cours, des parents excédés et inquiets pour l’avenir de leurs enfants, et des retraités solidaires pour dire « Halte au blocage » !

Les médias enchaînent les interviews. Mais lorsqu’au son du tambour, les manifestants prennent le chemin de  la place de la Nation, plus de médias. Ils ont quasiment tous pliés leurs caméras… et donc effectué un mauvais décompte. TF1, par exemple, annonce 300 manifestants. Quiconque était là aura remarqué cette mauvaise foi et ce mauvais travail de journaliste, peu objectif… fait en off, c’est à dire un simple commentaire lu par le présentateur sur un court montage d’images.

De son côté, France 2, qui est resté un peu plus longtemps, et a donc consacré un sujet entier à la manifestation, et annonce un millier de manifestants dans son reportage, et de 1000 à 3000 sur son site internet. Allez, le compte est bon : nous étions bien 3000 à battre le pavé cet après-midi !

Certes, moins nombreux que la semaine dernière, vacances obliges, mais de nombreux franciliens auront sacrifié leur dimanche après-midi pour faire entendre leur voix, et ce pour la quatrième semaine consécutive.

Reportage photos sur la manifestation du 9 avril

Attention, notez qu’il n’y aura pas de manifestation le week-end prochain. Cependant, nous vous invitons à poursuivre les actions pour obtenir le déblocages des facs.

Nous vous invitons notamment à prendre la parole dans les médias en écrivant aux courriers des lecteurs de la presse nationale et régionale, et en appelant les radios. Vous trouverez toutes les coordonnées dans notre rubrique Prenez la parole.

Plus que jamais, nous restons mobilisés pour la liberté d’étudier et contre les pratiques anti-démocratiques des bloqueurs.

Le combat continue !

*Article rédigé pour Halte au blocage et publié à cette adresse

L’année en danger, les exams en sursis !

La situation des étudiants et lycéens français s’aggrave de jour en jour. Chaque heure de blocage de nos facs ou de nos lycées nous met un peu plus en difficulté.

Aujourd’hui, le retard accumulé dans les cours est irrattrapable est notre année est désormais plus qu’en danger. Comment aujourd’hui compte tenu du contexte, garantir encore la valeur de nos diplômes?

Certains présidents d’université ou responsables d’UFR préconisent l’annulation des partiels de juin, pour les remplacer par des contrôles continus. D’autres, proposent de reporter les partiels début juillet ou en septembre, en supprimant ainsi la seconde session pourtant indispensable à de nombreux étudiants.

Beaucoup d’étudiants aujourd’hui vivent dans la peur et dans l’angoisse de ne pas savoir ce qu’ils feront demain. Beaucoup d’étudiants doivent refuser stages ou jobs d’été car ils ne savent pas encore quand ils devront passer leurs examens ! Cette situation est scandaleuse et inacceptable, surtout lorsque l’on sait que les blocages sont le fait d’une minorité très politisée, qui doit sa force à son organisation et à sa détermination. De nombreux bloqueurs ne sont même pas étudiants !

Les violences contre les anti-blocages se multiplient, et rendent la situation encore plus intolérable. Les pros du blocage se montrent en effet très virulents lorsque la majorité silencieuse s’organise et conteste leur légitimité. La violence, est sans doute, le seul argument qu’ils peuvent désormais opposer à ceux qui réclament enfin la libération et la réouverture de leurs facs.

Les syndicalistes étudiants et lycéens doivent enfin être mis en face de leurs responsabilités. Tous les responsables universitaires savent que si les blocages devaient perdurer, l’année serait définitivement perdue…

*Article rédigé pour Halte au blocage et publié à cette adresse

Halte au blocage bloque les bloqueurs de la rue de Solférino

Ce matin, le Collectif Halte au blocage est venu bloquer symboliquement pendant une heure les portes du Parti socialiste, qui a une responsabilité directe dans les blocages des lieux d’enseignement.

A l’occasion de ce rassemblement pacifique, nous avons rappelé, notamment, à Madame Hidalgo, Monsieur Vallini, chargé de la Justice au sein du PS et Monsieur Daniel Vaillant, pourtant ancien Ministre de l’Intérieur, que l’occupation par la force de lieux publics était un délit.

Nous avons aussi tenté d’expliquer aux dirigeants socialistes qu’interdire l’accès en cours aux étudiants et aux lycéens, était le meilleur moyen de précariser notre génération.

Aucun d’eux n’a souhaité condamner les blocages des lieux d’enseignements, aucun d’eux n’a souhaité s’exprimer sur les pratiques anti-démocratiques qui ont cours dans les AG, aucun d’eux n’a réaffirmer que l’accès au savoir de tous était le meilleur moyen de lutter contre le chômage.

Au bout d’une heure, les dirigeants socialistes étaient visiblement très agacés de ce blocage. On les comprend, cela fait plus de 8 semaines que nous, étudiants et lycéens, subissons les blocages de nos cours…

Reportage photo sur le blocage du PS par Halte au blocage

Halte au blocage rassemble des lycéens, des étudiants et des jeunes, avec ou sans appartenance politique, qui demandent la levée immédiate des blocages dans les lycées et les universités.

*Article rédigé pour Halte au blocage et publié à cette adresse

6000 personnes dans les rues ce dimanche

Hier, la manifestation organisée par Halte au blocage en lien avec d’autres collectifs a rassemblé plus de 6000 personnes entre la Place du châtelet et la Place de la Bastille.

Alors que les référendums organisés normalement votent systématiquement la levée des blocages et que les tribunaux ne cessent de nous donner raison, nous sommes plus déterminés que jamais à faire respecter notre droit à étudier librement.

Nous répétons que ce sont les étudiants les plus en difficulté qui vont faire les frais des blocages et nous rappelons que l’UNEF et la CDE ont subi un revers sans précédent lors des dernières élections universitaires. Ils n’ont donc aucune légitimité pour demander quoi que ce soit au nom des étudiants

 Reportage photo sur la manifestation du 2 avril

Nous continuerons nos actions jusqu’à ce que les blocages soient levées.
Nous appelons à manifester dimanche prochain.
Le lieu de rassemblement et le trajet seront disponibles sur notre site Internet dés que la préfecture aura fourni les éléments nécessaires.

*Article rédigé pour Halte au blocage et publié à cette adresse

Nous partîmes 400, nous arrivâmes 4000… pour l’instant !

Après une première manifestation le 17 mars où nous étions 400, une seconde le 19 mars où nous étions 1000, une troisième mardi où nous étions 2000, ce sont cette fois 4000 personnes qui ont répondu cet après midi à l’appel des collectifs contre le blocage pour cette quatrième manifestation organisée Place de l’Hôtel de Ville à Paris.

En plus des étudiants, qui ont fait entendre leur voix pour réclamer une fois de plus la libération de leurs universités, de nombreux parents, professeurs, et retraités se sont joints au combat.

Reportage sur la manifestation du 26 mars

Parce que chacun est concerné par ce combat pour la liberté d’étudier, et contre les pratiques anti-démocratiques des bloqueurs, nous nous retrouverons à nouveau

DIMANCHE 2 AVRIL A 15H
PLACE DE L’HOTEL DE VILLE

Nous comptons sur vous pour relayer cette information à vos contacts, et être ainsi toujours plus nombreux à faire entendre notre voix.

*Article rédigé pour Halte au blocage et publié à cette adresse