NoRightTurnLgRas le bol. Ras le bol de lire chaque jour les « bons penseurs » bobos de gauche nous expliquer en long, en large, et en travers comment penser, et insulter ceux qui oseraient émettre un avis différent du leur.

Ce matin, j’ai ainsi appris que quiconque trouvait normal la #manifdelahonte était un « casseur de pédés ».

A noter que bizarrement, l’expression « pédés » est homophobe à la première personne du singulier et du pluriel, mais peut être employée par les bien-pensants aux autres personnes. Sûrement en raison de l’égalité requise par ces mêmes bien-pensants. Et toc.

Evidemment celui qui a dit ça sur les réseaux sociaux n’est qu’une individualité qui ne saurait être élargie à l’ensemble de sa caste politique. Certes. Mais depuis les différentes Manifs pour Tous, je lis des propos de cet acabit de la part d’une très large majorité de mes contacts de gauche, le terme « pédés » en moins.

Je ne compte plus les mauvaises utilisations du terme « homophobe » lancées contre ces odieux opposants. En quoi être contre le mariage homosexuel et l’adoption voir la procréation des enfants par les homosexuels serait homophobe ?

La Gauche peut-elle arrêter de prendre tout le monde pour des débiles ? Evidemment celui qui est contre le mariage pour tous « parce que ce sont des homos » est homophobe. Mais contrairement à ce que la gauche veut nous laisser penser, on peut s’interroger voir être contre le mariage pour tous, la PMA et la GPA sans être homophobe.

Mariage pour tous ?

Désolé, mais on peut être pour l’union des homosexuels –et contre le mariage, le terme gênant une partie de la communauté catholique- sans être homophobe. Certains sont contre juste pour cette raison, et réclament que l’on entende leur souhait de voir ce terme changé, par exemple en « union ». Tout en gardant les mêmes droits que le mariage. Alors, homophobes ou pas ?

J’ai entendu un sacré paquet de gens m’expliquer que refuser les mêmes droits aux homos, c’est être homophobe. Okay mais de quels droits parle-t-on ? Le mariage n’est pas équivalent aux congés payés.

Depuis quand le mariage est un DROIT ?

Le mariage est une possibilité qu’offre le droit pour une partie de la population, à savoir les hétérosexuels majeurs et non empêchés. En aucun cas un acquis social ou une obligation… C’est une possibilité de partage de vie commune. Il en existe d’autres, comme le PACS ou l’union libre.

Qu’on veuille faire évoluer le mariage et l’ouvrir « à tous », pourquoi pas. Mais par pitié, qu’on appelle un chat, un chat… Parce que s’il s’agissait uniquement de la reconnaissance d’une union amoureuse, on aurait très bien pu faire évoluer le PACS, pour qu’il n’ait par exemple plus lieu au tribunal, un lieu très froid, mais puisse être célébré en mairie. Voir le changer de nom, en l’appelant union et non PACS.

Mais non. L’objectif n’est pas là. L’objectif, c’est d’accorder aux homos les mêmes avantages que les hétéros mariés : les impôts ! Okay mais alors en quoi cela va de pair avec l’égalité ? Nan parce que réclamer une niche fiscale sous couvert d’égalité, c’est quand même un peu nous prendre pour des cons. Les célibataires apprécieront.

J’attends de pied ferme que la gauche bien-pensante offre les mêmes avantages fiscaux aux célibataires : au nom de quoi la France offrirait une prime à la mise en couple simplement en se disant « oui pour la vie » mais je divorce quand je veux ? Quel est le message caché d’une telle politique ?

Je vous laisse répondre aux questions suivantes !

  • Être contre le terme de mariage mais pour le terme « union » (ou autre) qui garantirait les mêmes avantages : homophobe ou pas ?
  • Etre contre le mariage (homo et hétéro) à moins de changer les règles fiscales, parce qu’à l’heure actuelle il constitue une niche fiscale de nature inégalitaire basée sur la vie intime : homophobe ou non ?

Des enfants pour tous ?

Passons maintenant aux petits n’enfants. Parce que dans mes amis qui manifestent, j’en compte peu qui soient opposés au mariage pour les homosexuels. Par contre, ils ont un petit souci avec les petits n’enfants.

Contrairement à ce que la gauche bien-pensante tente de faire croire, à coup d’exemples isolés érigés en majorité absolue, la plupart des manifestants ne sont pas d’odieux « casseurs de pédés », mais simplement des gens qui s’interrogent sur l’évolution de la famille. En quoi pourrait-on le leur reprocher ?

Existerait-il un DROIT à l’enfant ?

En aucun cas, naturellement. A l’heure actuelle, des couples homos se débrouillent pour avoir des enfants, soit par voie naturelle (c’est rare depuis l’existence de la PMA à l’étranger), soit par la PMA, soit par la GPA. Faut-il ouvrir ces méthodes à l’ensemble des couples en France ?

Cela pose une question qui va bien au-delà de la question de l’homoparentalité, contrairement à ce que vous disent les argumentaires débilitants et limités de la Gauche bien-pensante. Déjà, pour la Gauche, vous n’avez pas le droit de parler de GPA puisqu’elle n’est pas dans le projet. Dis la Gauche bien-pensante, ça n’est pas à toi de décider si les gens limitent leur champ de pensée et de manifestation à ton projet de loi…

La question de la parentalité par procréation assistée, qu’il s’agisse de PMA ou de GPA, ne concerne pas que les homos. Elle concerne tout autant les hétéros, et notamment les célibataires. Etre contre ne peut être synonyme d’homophobie. Mais pour le voir, encore aurait-il fallu que la Gauche s’interroge et que la communauté homosexuelle voit au-delà de son propre petit nombril.

Oui oui oui, les femmes célibataires hétéros peuvent avoir envie de faire un bébé toute seule via PMA, et les hommes célibataires peuvent également souhaiter faire un enfant seul via GPA. Il arrivera également que des femmes désireuses d’avoir un enfant mais ne voulant pas abîmer leur corps par une grossesse ou qui sont trop âgées pour procréer souhaitent recourir à la GPA. Autant de cas qui n’ont rien à voir avec l’homosexualité.

Or si l’on poursuit la logique du « pour tous », tous ces candidats à la parentalité ne sont pas moins importants que les hétérosexuels en couple ou que les homosexuels en couple, et ont aussi « droit » à l’enfant. Ou comment, d’un coup, on se retrouve confronté à un double problème : la bioéthique, d’une part, et les finances publiques, d’autre part.

La PMA se heurtera essentiellement au problème des finances publiques : quel remboursement pour un couple qui ferait un enfant via PMA ? La plupart des frais de grossesse sont pris en charge par la sécurité sociale. Au nom de l’égalité, fera-t-on exploser les finances publiques en rendant quasi-gratuite la PMA ?

La GPA, elle, se heurtera à la question de la bioéthique. Le prêt d’utérus n’est pas chose évidente. C’est un premier blocage. Mais imaginons que ça se fasse. Il restera encore à déterminer dans quels cas on peut accéder à une GPA. En d’autres termes : dans quelles conditions et jusqu’à quel âge peut on y recourir ?

Imaginez le bordel. Un homme peut procréer naturellement toute sa vie. Pas une femme. La GPA permettra-t-elle de corriger cette injustice de la nature ? Verra-t-on des vieux faire des enfants à 80 ans ? D’autre part, les hommes n’ont pas à porter d’enfants. La GPA pourrait les aider à en avoir. Mais inversement, autorisera-t-on une femme à se passer des affres de la grossesse en utilisant la GPA, ou estimera-t-on que non, elle doit enfanter dans la douleur ? Egalité ou pas égalité ?

Pour éviter le sujet, la Gauche bien-pensante indique que ça n’est pas dans le projet. Hum. Ca n’est plus dans le projet. Et il y a eu cacophonie gouvernementale sur le sujet.  Mais là encore, on se fout que ce soit dans le projet ou non : dès lors que l’on place ce projet sous l’angle du « pour tous » on est techniquement obligé d’arriver à la GPA. Sauf à considérer que seules les femmes homos ont le droit de faire des enfants et pas les hommes homos. Impensable.

J’attends maintenant votre argumentation brillante qui me démontrera en quoi ces propos sont homophobes.

Prends garde à toi…

Chère Gauche bien-pensante, toi qui aimes tant nous donner des leçons de morale (alors que ton ministre du budget vient de démissionner et d’avouer avoir menti sur sa petite fraude fiscale) regarde toi un peu dans le miroir, et écrase. Nous tenons à notre liberté de pensée.

D’ailleurs, range tes chiens de garde. Rien de plus insupportables que de lire sur les réseaux sociaux les militants qui savent parfaitement utiliser ces outils pour cracher tes argumentaires à grand renfort d’insultes, et qui savent parfaitement se montrer sous un angle «je sais tout et tu es un con has been », mais qui hélas, dans le même temps, sont incapables de répondre dès que l’on va au-delà des argumentaires tout prêts que tu leur as glissé dans le bec : je n’ai eu à ce jour AUCUNE réponse sur les arguments précités. Eh ouais.

Je te rappelle, Gauche bien-pensante, que contrairement à l’un de tes argumentaires, fort peu brillant au demeurant, les français n’ont pas validé un programme en élisant François Hollande. Si tes capacités en droit semblent limitées, laisse-moi t’éclairer : en France, le mandat impératif n’existe pas.

Mais puisque tu vas par-là, sois un peu cohérente. Tu voulais AUSSI la lutte contre le chômage. Justement. Les français n’en ont que pis que pendre de tes salamalecs autour du mariage pour tous. Aujourd’hui, les français te voient arc-boutée sur ce sujet de mariage pour tous, sur un sujet qui les divise, alors qu’ils attendent que tu mettes ton énergie dans la lutte contre le chômage.

Enfin, si tu savais un peu compter, tu saurais que François Hollande est passé de justesse, et que ce sont des voix de droite qui l’ont fait élire. Lui-même l’a reconnu et si tu ne le sais pas, c’est que tu n’as pas les bons réseaux et/ou que tu es de mauvaise foi. Il se trouve que ces gens, qui sont assez peu nombreux, sont un peu toujours les mêmes à faire basculer une élection dans un sens ou dans l’autre.

Tu ferais bien de prendre garde, car à lire qu’ils ont voté pour ton programme, et à se faire insulter, ils commencent à en avoir par-dessus le haricot de ton terrorisme intellectuel de merde. Ingrate. Et tu sais comment ça va finir… On ne te le dira pas deux fois.

D’autant que le peuple aussi, gronde. Tes bêtises, comme celles de tes prédécesseurs, ont lassé les classes populaires et il n’est plus rare de voir également les classes moyennes se détourner de la chose publique. Le Tous Pourris prend de l’ampleur. Dans un tel contexte, cliver la population n’était pas la meilleure des idées… De fracture, on est passé à la rupture…

Bref, chère Gauche bien-pensante, arrête un peu de te la péter… et sois un peu de gauche.

 

EDIT

Enfin pour terminer, car je ne l’ai pas encore fait, ma position : je suis pour l’union des homos quel que soit le terme (évoquer une autre position et la déclarer non homophobe ne signifie pas que ce soit la mienne).

Je n’ai pas de position déterminée sur la PMA, tout dépendant d’un certains nombres de détails dans l’applicabilité, et je suis pour le moment plutôt contre la GPA pour des raisons bioéthiques.

Au risque de surprendre, ce qui me chiffonne n’est pas tant en raison des cas qui se poseront pour les homos, qui ne me paraissent pas du tout moins qualifiés que les hétéros pour s’occuper d’enfants, que pour les cas particuliers qui concerneront tout le monde, à savoir les questions bioéthiques et notamment l’âge de procréation, et le côté Finances publiques.

Comme quoi, on peut croire certains homophobes alors qu’ils souhaitent depuis des années la possibilité pour les homos de s’unir (mon premier texte sur le sujet remonte à 2005, il évoquait le cas de mon meilleur ami de l’époque) et qu’ils n’ont pas le moindre doute sur la capacité d’homos à s’occuper d’enfants.

Pour autant, et c’était le sens de cet article, je reconnais le droit de mes congénères à penser différemment de moi sans pour autant les insulter sous prétexte que cela pourrait m’arranger, et je sais faire l’effort de discuter avec eux sans prétendre avoir raison sur tout (ce qui ne peut être le cas pour vous comme pour moi, personne n’a le savoir absolu), au lieu de les mettre dans un vaste gloubiboulga un peu nauséabond au nom de la manipulation politique. Sinon, il y a longtemps que je traiterais n’importe quel manifestant des manifs de gauche de casseur (de CRS, mais c’est vrai que pour ça maintenant, y’a une amnistie…).

Comme disait Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec vos idées, mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer ». Sans avoir recours à la manipulation politique qui consiste à prendre des cas isolés qui contreviennent à la loi visant à lutter contre l’homophobie (c’est une réalité et évidemment qu’il faut lutter contre) pour en faire une généralité. Le dialogue social comme sociétal vaut mieux que cela, à moins d’être dans une dictature de la pensée, ce qui est incompatible avec la liberté d’opinion garantie par les Droits de l’Homme. Des gens se sont AUSSI battus pour ça. Libre à moi de m’en réclamer. Et ça porte un nom : la tolérance.

A bon entendeur !