Mots-clefs

, , ,

Marre des grèves. Comme beaucoup de mes concitoyens, j’en ai assez d’être prise en otage. Voici un énième témoignage, le mien, sur les galères des travailleurs souhaitant se rendre au boulot.

07h30. Ce matin, j’ai décidé de partir plus tôt. Première galère : pas de Vélib dispo à la station. Fine connaisseuse du quartier, je me dis qu’il en restera bien un rue d’Aboukir.

07h45. Oui, il en reste… UN. Le pneu arrière est bien dégonflé, mais il faudra que ça suffise. Je prends tout de même le temps de coller une affichette STOP LA GREVE à l’avant de mon panier.

Arrivée au bout de la rue, je n’ai d’autre choix que de prendre la rue Saint Denis à contre-sens… J’use de la plus grande prudence et j’ajuste ma vitesse. Une personne âgée me rudoie : « eh, c’est interdit de circuler sur les trottoirs« . Je lui réponds sur le même ton : « Remerciez-moi plutôt de me bouger les fesses et d’avoir les mains bleues pour aller au bureau à vélo au lieu de rester tranquillement au chaud dans mon lit, c’est ce qui permet de payer votre retraite !« .

Certains ne comprennent pas que nous autres, usagers des transports en commun, nous n’avons pas forcément l’habitude de pratiquer Paris à vélo ou en voiture, et donc, nous n’avons pas tous en tête les sens interdits… Les jours de grève, peut être vaudrait-il mieux être un peu souples, surtout que nous autres, trentenaires, nous savons bien que jamais nous ne toucherons ces pensions. Alors qu’on ne nous saoule pas !

C’est devant le Forum des Halles que je trouve enfin une autre station. Je rends le vélo-dont-le-pneu-est-encore-plus-à-plat, et je me paie le luxe de choisir le suivant. Un autre Vélibeur en descend gentiment la selle. Merci les mecs, c’est sympa d’aider les Vélibettes !

Je savoure mon bonheur de pédaler en repassant à l’intérieur du Louvre. Pour un peu, je m’arrêterais au Café Marly. Je poursuis mon chemin en chantonnant. Toujours pas de bus aux fesses, ambiance détendue…

08h15. Après ma petite demi-heure de sport, me voilà pile poil à l’heure au rendez-vous avec mon chauffeur. On se prend un petit café, et c’est parti ! Clairement, la circulation est beaucoup moins fluide qu’hier. Ca bouchonne beaucoup dans Paris, un peu moins sur le périph, et carrément pas sur l’autoroute.

10h00. Me voilà au bureau. Comme hier, j’ai mis 2h30 pour venir. C’est décidé : ce soir, je reste à Mantes la Jolie !