Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Participer au petit-déjeuner Politique et Internet : Je t’aime, moi non plus ? proposé par APCO Worldwide et La Revue Parlementaire était intéressant.

Chacun a pu gloser sur la place de la politique sur internet, et de la place d’internet dans la politique. En substance. Naturellement, l’échange ayant duré deux heures, nous n’avons pas pu passer la journée dessus. Subsistent donc quelques questions, auxquelles j’ai déjà pu, en tant que blogueuse, me heurter.

Pour l’instant, les politiques s’interrogent sur la manière d’intégrer internet dans leur campagne, mais sont encore dans le mythe du contrôle. Aussi, ils n’imaginent internet que comme un outil dont ils pourraient faire ce qu’ils voudraient. Et réfléchissent en terme d’applications appropriées. Dans cette optique, Internet est vécu comme un progrès. Mais dès que vous passez à l’internet comme média et source de points de vue, il n’y a plus personne. Internet est encore trop considéré comme un simple outil de propagande.

Et je sais de quoi je parle. Blogueuse, je cherche depuis quelques temps à me faire connaître des staffs de campagne des uns et des autres, pour couvrir leurs événements dans le cadre de la présidentielle. Et bien… Rien. Si j’ai pu réaliser un gros dossier sur la primaire, c’est grâce aux retransmissions télévisées. Seule exception notable, le PS local, qui lui, était ravi de disposer de ma couverture de l’événement. Sans rien me demander en retour, et surtout pas un papier favorable.

Du côté des états majors, en revanche, c’est plus compliqué. Si le staff d’Hollande m’avait permis l’accès à un de ses meetings –mon dos m’a finalement empêchée de m’y rendre- le PS national ne m’a pas accordé d’accréditation pour sa convention d’investiture. Autant je veux bien croire l’argument du manque de place, autant qu’ils ajoutent dans leur mail de réponse « dans nos locaux » alors que la convention se tient à la Halle Freyssinet –et non à Solférino- me laisse perplexe. Comment vous dire que je n’y ai pas vraiment cru ?

Quel est le problème ? J’avoue ne pas le savoir. D’autant que personne n’a cherché à tester mon influence, aussi l’on ne peut argumenter sur un potentiel manque de visibilité. Je me souviens juste qu’en 2007, il avait été bien plus simple d’être accréditée par l’équipe de Bayrou, y compris en fin de campagne, et ce sans avoir à montrer une quelconque appartenance à la génération Orange. Cette équipe avait tout simplement compris qu’il nous est plus simple de disposer une table où brancher notre matériel, et de disposer des discours remis à la presse pour traiter plus rapidement l’événement. Et donc, s’en faire l’écho au rythme 2.0.

J’espère que ces prochaines semaines, les différents partis sauront traiter ces demandes sans parti pris -ah ah-, et faire de la place au-delà des blogueurs « maison ». Faute de quoi, internet perdra de son intérêt, et la campagne sur le web avec, faute de disposer d’un regard différent, venu non point des appareils, mais de la simple populace. Politique et internet, Je t’aime, moi non plus ? C’était bien la bonne question à poser.