Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Plus que deux petites semaines avant la date fatidique du 29 mai, qui verra enfin la réponse à l’angoissante question : Oui ou Non ? Plus que deux petites semaines pour chaque camp, et chacun affûte ses arguments, se livrant à l’exercice de la petite phrase. A si peu de temps de l’échéance, les déclarations s’enchaînent, pas toujours heureuses. Petit tour d’horizon de cette semaine de campagne, et contre-argumentaire.

Chez les extrêmes, on ne se dispute pas. Mieux, on fait même campagne ensemble. C’est ainsi que lundi soir, sur TF1, l’on voit Marie Georges Buffet aux côtés de messieurs Le Pen et De Villiers. Charmante image, la semaine commence bien… Tout en revendiquant son incompatibilité avec ses voisins bien qu’elle ait accepté d’être à leurs côtés, Marie-George Buffet estime « que la gauche et la droite ce n’est pas compatible, y compris pour construire l’Europe ». Ah bon ? Il nous avait plutôt semblé intelligent que« les deux responsables des deux grandes formations politiques républicaines sachent se hausser au-dessus des intérêts partisans pour dire que sur l’Europe il y a un intérêt national », comme le lui a très justement rétorqué Nicolas Sarkozy, Président de l’UMP.

Lundi également, Marc Dolez, député PS du Nord, affirmait que si le Non l’emporte au référendum, « il y aura forcément renégociation », argument déjà avancé par Laurent Fabius dimanche soir. Mise au point dès mardi matin par le Président du Parlement Européen, Josep Borrell : « Le traité constitutionnel prévoit que si, au bout de deux ans, cinq pays n’ont pas ratifié la Constitution, le Conseil doit se saisir de la question : c’est-à-dire qu’on doit en parler. » Mais « pour passer de la parole aux actes, il faudrait que tous soient d’accord. Or, dire que dans deux ans nous serons tous prêt à renégocier parce que la France ou un autre pays aura dit Non, c’est une interprétation assez généreuse de la réalité ». Comme si les autres pays allaient accepter de se relancer dans de longues négociations juste parce que nous aurions été capricieux… Que les partisans du Non grandissent un peu et assument leur responsabilité !

Mardi dernier, le sénateur Michel Charasse, expliquait sur France 2 que la Constitution européenne menaçait la République, et osait affirmer « c’est parce que je reste fidèle à François Mitterrand que je vote Non ». Diantre, l’ancien Président de la République au secours des tenants du Non, nul n’aurait pu l’imaginer. En effet, François Mitterrand a toujours été un fervent défenseur de l’Europe, et l’on se souviendra au moins de sa réussite dans le développement de l’axe franco-allemand. Il faut dire que l’ancien Président, décédé depuis 9 ans, est l’objet d’une (nouvelle ?) querelle entre socialistes, Roland Dumas ayant déclaré dans une interview au Figaro mardi que« Mitterrand approuverait ce traité et le défendrait », et même au sein de sa propre famille : sa femme vote Non, son fils vote Oui, et sa fille garde sa « bouche cousue » (ndlr : comme le titre de son dernier roman). On y perdrait son latin ! Le mieux, ce serait encore d’éviter de mêler les disparus à cet enjeu, il est évident qu’on ne saura jamais. Là encore, j’appelle les politiques à faire preuve de responsabilité.

Rappelons également aux troupes du Oui qu’il ne reste que 13 jours avant le scrutin.

13 jours pour convaincre les indécis
13 jours pour marquer les esprits par de vrais arguments.
13 jours pour gagner la bataille du OUI !